Courir, la nouvelle arme anti cancers !

0 116

D’après la prestigieuse revue JAMA Internal Medicine,Une vaste étude prouve les bienfaits du running (et plus généralement d’une pratique sportive régulière) dans la prévention du cancer.

-1,5 million d’hommes et de femmes suivis dans une vaste étude américaine et européenne
prouve à toutes celles et ceux qui persistent à nier l’évidence : courir est une formidable manière de booster son capital santé. Et, plus précisément, d’éviter de développer certains types de cancer. L’idée n’est pas nouvelle. De nombreuses études ont dans le passé établi un lien entre une activité physique régulière et une meilleure défense naturelle face à la maladie cancer – que la population s’en tenant à un mode de vie sédentarisé. Mais le rapport n’avait jusqu’alors été validé que dans certains types de cancer. Du sein chez la femme. Du colon et des poumons chez les deux sexes.

-D’où l’importance de cette étude réalisée conjointement aux Etats-Unis et en Europe (avec en tête de pont le National Cancer Institute américain). Au total, ce sont près d’1,5 million d’hommes et de femmes qui ont été suivis. Panel considérable, suivi par douze équipes scientifiques différentes, pour une même méthodologie assez simple : il s’agissait dans un premier temps d’établir un diagnostic de l’état de santé de chaque sujet et de renseigner conjointement les habitudes alimentaires et le mode de vie. Durant une décennie, les sujets étaient suivis afin de relever les maladies développées ainsi que les décès enregistrés.

Une pratique sportive régulière abaisse le risque de développer treize types de cancer
Quid de la pratique sportive ? C’est sur ce point précis que l’étude a concentré son attention. Les hommes et les femmes du panel ont répondu à des questionnaires sur la fréquence ainsi que l’intensité de leur activité physique. Ces informations étant ensuite corrélées à l’apparition ou non de certains types de cancers. Il s’agissait de vérifier si le sport jouait un rôle dans la prévention de la maladie. Qu’il s’agisse de marche rapide ou de footing beaucoup engagés.

Et les résultats enregistrés se révélèrent spectaculaires. Les individus déclarant pratiquer une activité physique modérée – même si le temps consacré au sport semblait minime – abaissait de manière significative leur risque de développer un cancer. Et, pour la première fois, les bénéfices ne se limitaient pas seulement aux cancers du sein, du colon ou des poumons. Foie, œsophage, rein, estomac, sang, moelle épinière, rectum, vessie, cerveau : au total, une diminution dans l’apparition de treize cancers a été relevée au terme de l’étude.
Jusqu’à 20% de cancer en moins chez les sportifs que chez les sédentaires…
Quid du niveau de pratique sportive ? Là aussi, l’étude apporte des enseignement important : plus on s’entraîne vigoureusement et plus le risque de contracter un cancer diminue. Les conclusions publiées dans JAMA Internal Medicine évoquent une baisse de 20% chez les « sportifs » par rapport aux « sédentaires ».

Pourquoi le sport joue-t-il un rôle protecteur ? Les scientifiques ne peuvent pour l’heure répondre avec certitude à cette question. Une chose est certaine : la pratique sportive – particulièrement la pratique d’une discipline accessible à tous comme le running – présente le moyen le plus efficace (et sans effets secondaires) de vivre plus longtemps en bonne santé.

Source: runners.fr

Commentaires
Loading...