De la beauté des barques de Tunisie : récit et photos

0 303

« Le poisson aussi est mon ami, dit-il tout haut.
Pourtant il faut que je le tue. Heureusement qu’on est pas obligé de tuer les étoiles !!! »
Ernest Hemingway
Le vieil homme et la mer

Myriam Soufy, notre doctorante à la Faculté des Sciences Juridiques Politiques et Sociales de Tunis et comédienne à El Téatro studio est de retour dans la rubrique EVASION. Avant de nous avoir partagé son précédent récit et son reportage photo de la découverte du Cambodge et du Vietnam, Myriam nous avait avoué que son véritable amour était la Tunisie. Elle le prouve aujourd’hui en partageant avec les lecteurs de Wepost son amour pour les barques avec un très beau texte qu’elle écrit, appuyé de magnifiques photos qu’elle réalise.

Embarquement immédiat pour une destination teintée d’un profond bleu et d’une douce poésie.

Les barques

Depuis toute petite j’ai une passion pour les barques. Bizarrement alors que j’ai été toujours très proche de la mer,  le premier souvenir que je garde remonte à une belle toile de mon papa qui est artiste peintre. Une barque bleue abandonnée sur une plage de la même couleur.

Plus tard elles étaient devenues des lieux de cachettes pour nos jeux de cache cache mais également un lieu d’échange avec les pêcheurs. Je les écoutais me raconter leurs aventures avec de grands yeux. Le sens du vent, les vagues, les tempêtes, le froid, le phénomène des marées c’était leur quotidien mais pour moi, ce quotidien était un véritable conte de Jules Verne ou de Melville et eux, de véritables légendes vivantes. Ils avaient une perception totalement différente de la vie et des phénomènes naturels.

Adolescente je m y adossais pour lire, écrire ou laisser mon imagination vagabonder au gré des vagues. C’est comme si elles me passaient la force de la mer et le courage de son équipage.

Quelques kilomètres de vie plus tard je regarde les barques différemment mais toujours avec la même passion. J’aime leurs couleurs qui se déclinent sans aucune règle, aucune logique, et pourtant elles s’alignent avec beaucoup d’harmonie.

J’aime aussi les prénoms tunisiens qu’elles portent. Ces prénoms me permettent de tisser plein d’histoires autour. Le nom d’une maman partie trop tôt ou d’un enfant longtemps attendue, ou peut être le nom d’une femme qu’on a passionnément aimé ou un amour de jeunesse. Ce qui est curieux c’est qu’elles portent toutes des prénoms féminins, par superstition peut-être. Le féminin étant synonyme de richesse et abondance.

Aujourd’hui je pense surtout qu’elles symbolisent un peu ce double désir que nous portons tous en nous. Un désir d’ancrage et d’évasion. De racines et d’ailes. D’ici et ailleurs. De terre et de mer. Je pense que comme les barques nous sommes faits pour être nomades, toucher l’horizon lointain et avoir en même temps un port. Un port d’attache qui pour moi est mon pays. La Tunisie.

Si j’ai un rêve? Me perfectionner en photographie, parcourir le monde pour immortaliser ces merveilles de petites embarcations et en faire un bouquin. J’ai même le titre dans un petit coin de ma tête…

Reportage Photo :

Des barques à Haouaria, Kerkennah, Hammamet, Bizerte, Ghar El Meleh .

Récit et photos par Myriam Soufy

Commentaires
Loading...