Il y a 104 ans naissait Farhat Hached, le leader syndical devenu leader national

0 124

 

 

Je ne crois pas qu’aucun de ses adversaires les plus acharnés ne lui ait jamais dénié la force de sympathie.

 

Le potentiel charismatique du futur premier secrétaire général de l’UGTT, décrit ci-haut par Jean Lacouture, fut incontestable. Fils de marin, le natif d’El Abbassia à Kerkennah, a intégré la Société du transport du Sahel à la mort de son père. A 16 ans, où on apprenait généralement à fumer sa première clope ou découvrait le premier chagrin d’amour, Farhat Hached fondait tout simplement un syndicat de base, affilié à la Confédération générale du travail (CGT) française.

Preuve de son émancipation, il appréhendait l’impuissance de cette structure et son initiative de création de l’Union des syndicats indépendants du Nord préparait le terrain à la genèse de l’UGTT. A 32 ans et à l’unanimité, il sera élu secrétaire général.

 

L’UGTT jouera par la suite le rôle que tous les tunisiens connaissent pour soutenir le mouvement de libération nationale en multipliant les grèves, les protestations et les manifestations de rue. A partir de 1949, la centrale syndicale adhère à la Fédération syndicale mondiale puis à la Confédération internationale des syndicats libres. Le leadership de Hached ne lui permet pas uniquement de porter la cause nationale mais aussi d’appuyer toute forme de militantisme syndical au Maroc, Libye et Algérie.

Le charisme et le patriotisme de l’ancien secouriste auprès du Croissant Rouge lui vaudront le statut d’ennemi public numéro 1 et accéléreront sa mise à mort corporelle tout en signant la perpétuité de ses idées.

 

Commentaires
Loading...