Jeudi ça, Jeudi rien n°14

0 57

Vue l’hécatombe que l’on connait depuis ce début d’année dans les milieux artistiques, la disparition de grandes figures nationales et internationales, le départ précipité de deux grandes figures de la cultures tunisienne, le plus patriote des poètes puis, le même jour, la voix qui a bercé ma jeunesse à la radio, je dédie cette chronique à Azraël ange de la mort, aux choix duquel je me permettrais d’émettre quelques réserves.

Cher Azraël, je ne vais pas te dire : « si tu es là manifeste toi » comme l’on dirait dans des séances de spiritisme, car j’ai encore quelques trucs à régler avant d’être prêt à te rencontrer, un petit chantier dans une maison de campagne, quelques crédits à régler (j’aimerais pas que mon banquier dise que je t’ai appelé exprès pour ne pas le payer), quelques bouquins à finir et surtout, une progéniture pour assurer ma descendance vu que je n’ai toujours pas choisi la future maman de mes rejetons…

Mais bon, tu l’auras compris, je t’adresse cette lettre en espérant que tu la reçoives avant notre rencontre, tout ceci dans l’espoir que tu améliores tes performances quant à tes choix professionnels.

J’imagine que tu as certainement des quotas à respecter, après je n’en connais pas les critères exacts mais comme dans toute sélection il doit sûrement y en avoir, je suppose qu’avec l’expérience acquise depuis ta première victime, Habel, qui a dû service à la validation de ton stage, tu t’es quand même dressé un plan d’action selon l’évolution de l’humanité.

J’ai bien compris aussi que parfois tu avais des inventaires à faire et que du coup tu étais amené à réajuster ton stock de temps en temps, je salue là ta créativité, tantôt une épidémie, comme la peste, la grippe espagnole, le choléra… Tantôt une invasion ou une guerre mondiale, avec des nettoyages ethniques, des bombes H, puis plus récemment j’ai vu que tu t’étais spécialisé dans les tsunamis… Tu dois encore avoir plein de surprises à nous sortir je te fais confiance pour cela.

Par contre, j’ai vu aussi (sûrement pour baisser le coût de la main d’œuvre) que tu avais délocalisé tes grippes vers la chine, mais bon tu l’as noté toi-même, la qualité n’est pas top, rien à voir avec tes performances du début du siècle dernier quand tu les fabriquais en Europe.

Bref, pour en revenir à ce que je disais au départ, je me permettrais d’émettre quelques réserves quant au choix de tes victimes ponctuelles de ces derniers temps. Je ne sais pas ce qui se passe en haut, mais j’ai comme l’impression que vous vouliez nous priver de créatifs pour ne nous laisser que les cons, mais mets toi un peu à notre place, si tu ne nous laisses que les cons on risque de sombrer dans une déprime immense, ce qui déclencherait une vague de suicides et cela te fera des heures supplémentaires imprévues puisque ces victimes en se donnant eux-mêmes la mort ne feraient pas partie de ton planning.

Bref si tu veux des noms je suis là, je suis sûr que la disparition de quelques figures nauséabondes, surtout dans la politique ne ferait de mal à personne. Réfléchis-y un peu avant de nous priver encore d’un artiste la prochaine fois!

Enfin, je dis ça, je dis rien, à jeudi prochain!

Sami Baccouche

Commentaires
Loading...