Les trois quarts de l’humanité menacés de mourir de chaud en 2100

0 112

Selon National Geographic, une nouvelle étude tire la sonnette d’alarme en postulant qu’en l’absence de réduction drastique des émissions de CO2, jusqu’à 75 % des habitants de la planète pourraient être victimes de vagues de chaleur meurtrières à l’horizon 2100.

Selon une nouvelle étude, 30 % de la population mondiale est aujourd’hui exposée à des vagues de chaleur potentiellement meurtrières pendant 20 jours par an. Vous l’avez deviné, le changement climatique favorise la propagation de cette chaleur intense.

En l’absence d’importantes réductions des émissions de gaz à effet de serre, tels que le CO2, jusqu’à trois personnes sur quatre courent le risque de mourir de chaud à l’horizon 2100.

« Les vagues de chaleur meurtrières sont un phénomène très fréquent. Le fait que notre société ne s’inquiète pas davantage des dangers que cela implique m’échappe », déclare Camilo Mora, professeur à l’université de Hawaï à Manoa et principal auteur de l’étude. « La canicule qui a frappé l’Europe en 2003 a causé la mort d’environ 70 000 personnes, soit plus de 20 fois le nombre de personnes tuées dans les attentats du 11 septembre. »

Rappelons nous de la canicule de Moscou en 2010 qui a causé la mort de 10 000 personnes et celle de Chicago en 1995, dont 700 personnes sont décédées de chaleur.

Au cours des deux dernières semaines, des dizaines de personnes ont succombé à la canicule actuelle qui frappe l’Inde et le Pakistan, avec des températures atteignant un record de 53,5°C.

 

 

 

couverture : lepoint

Commentaires
Loading...