L’histoire de la ville de Metline

0 856

La petite ville de Metline se situe à 60 km au Nord de Tunis, entre Bizerte et Raf-Raf.Située au bord de la mer Méditerranée, elle occupe une presqu’île s’étendant entre la montagne, la mer et la forêt, avec un littoral long de plus de six kilomètres.

Metline revendique une fondation récente qui remonterait au XVIeme siècle. Toutefois, il subsiste des traces plus anciennes telles qu’une ancienne cité romaine, Benvenutum, ou des places fortes sous le règne de la dynastie des Aghlabides au début du IXeme siècle.

Après avoir participé à la guerre contre les forces espagnoles entre 1534 et 1574 et occupé plusieurs villes côtières vers la seconde moitié du XVIeme siècle, des soldats ottomans se seraient installés sur le site après avoir bénéficié de concessions agricoles en récompense de leurs services bien qu’une autre hypothèse indique qu’ils furent la cible de la révolte des deys en 1596 et, mis à la retraite, auraient quitté leur base militaire de Bizerte pour s’installer non loin et fonder Metline. Comme une bonne partie d’entre eux aurait été originaire de l’île grecque de Mytilène, ils auraient donné ce nom au lieu de leur installation. Au début du XVIIeme siècle, une deuxième vague de peuplement est attestée : celle des Morisques chassés de l’Andalousie reconquise par les catholiques en 1492.

Photos de Metline de nos jours

Poème de Mme Michèle VESIN CHERIF  

L’aigle de METLINE

Lorsque l’on approche de ce village,
On voit ses deux grandes ailes déployées,
Collines verdoyantes, heureux présage
D’une vie paisible bien protégée.

Où que l’on soit, il faudra monter,
Ou descendre selon la direction.
Ses deux mosquées blanches et bleu centrées
Dominant la source, lieu d’attention.

Ses ruelles étroites serpentent sans fin,
Résonnant des sabots des petites mules,
Surmontées d’hommes pressés et malins,
Ou de rires d’enfants qui fabulent.

La lourde clé ouvrira la porte,
Et soudain reviendra le passé.
Non, les traditions ne sont pas mortes,
Ici, il est des lieux préservés.

Les pièces d’été derrière les rideaux
Vous offrent le sofa et le passé.
Photos fanées, témoins familiaux,
Panneau oriental bleu stylisé.

Les piments séchés pendent sur les murs,
Tandis qu’une femme prépare les pâtes,
Roulant les boulettes d’un doigt si sûr,
Autour d’une petite paille avec hâte.

Un citronnier, planté dans un coin,
Arbre de vie dans cette cour fermée,
Veille sur les générations, de loin,
Son ombre douce accueille l’invité.

Une corbeille de couture est posée,
Qui attendra le prochain été.
Le temps, ici n’est pas décompté,
Tous les gestes des femmes sont hérités

Maisons du passé jointes aux nouvelles,
Femmes d’hier aux pensées d’aujourd’hui,
Sous les belles tenues traditionnelles
Se cachent jeans et portables dernier cri!

Chaque dimanche le souk les réunit,
Débauche de légumes appétissants,
Couleurs et vitamines garanties,
Grenades et mandarines ci-devant!

L’aigle enfin parfois tourne le dos.
Pour le suivre, il faudra contourner
Pentes et oliveraies sans un mot,
Et lentement venir se poser.

Devant toi la mer t’accueillera
Avec les flots battant les rochers.
Un choix pour toi s’imposera,
Suivant ton humeur ou tes idées.

Grimper sur les rochers empilés,
Rejoignant les piscines naturelles
Pour une baignade ou encore pêcher,
Le vent des embruns donnant des ailes.

Ou encore les pistes tu suivras,
Escaladant les pentes du djebel,
Terre ocre à l’envi te surprendra
Entre le thym et l’odeur du miel.

Sous tes pas revivra le passé,
Mais ton esprit se sentira libre,
Respirant l’air d’un lieu préservé,
Oubliant le monde par chaque fibre.

Puis tu suivras bergers et moutons
pour traverser les Jardins du Nord,
Oliviers, figuiers à l’horizon,
Jusqu’à cette plage, véritable trésor.

Pêcheurs et bergers sont rassemblés,
Communiant en toute simplicité,
Vision d’un monde hors de toute portée,
Que l’on ne peut même photographier!

Plus Brusquement Etrangement
L’aigle viendra planer et De ses ailes déployées
Il saura vous reconduire Sur les cimes du Djebel
Au coeur de METLINE Et pour vous réchauffer
Vous prendrez
Un bon café
Avec le pain tabouna
Trempé dans le miel arrosé,
D’huile…  …D’olive.

Hammamet, le 29 Novembre 2004

Livre « Nouvelles Racines, Impressions Tunisiennes »
(Collection Ecrits d’Orient et de Méditerranée,
dirigée par Jacques BRUYAS avec ABCrédactionnel, Edition 2005)
Préface de Mr Mohamed El Bèchir GUELLOUZ, Ministre plénipotentiaire,
Ancien consul général adjoint de Tunisie à Lyon.
Mme Michèle VESIN CHERIF (Surnommée Aïcha) est Enseignante et Poète Française. Elle est la Présidente de l’Association Culturelle Franco-Tunisienne Oullinoise (Lyon).

Commentaires
Loading...