L’histoire d’un tunisien publiée par National Geographic secoue le web

4 13

Khookha est un Tunisien âgé de 29 ans. Il est un activiste pour les droits des LGBTQ (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres ) et les identités sexuelles.

Histoire traduite : » Confiant et à l’aise avec qui il est, mais non pas sa famille  «Ma mère m’a demandé de voir un psychologue pour« ajuster mon comportement bizarre »et« me guérir de l’abomination et des maladies mentales ». Le psychologue a dit à Khookha qu’il« adoptait des traits féminins pour montrer des signes de faiblesse », Une affirmation qu’il rejette: «Tout le monde devrait avoir le droit d’expérimenter [avec leur] féminité et masculinité et toutes les façons possibles d’expression sexuelle malgré le sexe biologique auquel ils ont été assignés à la naissance. »
National Geographic rajoute que : « La communauté tunisienne LGBT espère que la révolution de 2011 permettra la naissance d’une société plus ouverte et mettra fin à l’homophobie et à la transphobie. En vain !. Malgré la discrimination et les risques auxquels ils sont confrontés, les activistes continuent de faire campagne pour que les Tunisiens soient libres d’aimer qui ils veulent, et de s’identifier comme ils le ressentent, sans crainte. »

Khookha a été photographié par @natgeo photographe contributeur @Hammond_Robin. Il a partagé son histoire pour la campagne #WhereLoveIsIllegal, une plate-forme pour # LGBT+ histoires de survie dans le cadre du projet @witness_change.

Photo @Hammond_Robin. Khookha is a 29 year old Tunisian. He is an activist for LGBTQI+ rights and identifies as gender queer. He is confident and comfortable with who he is. His family are not: “My mother asked that I see a psychologist to ‘adjust my weird behaviour’ and ‘heal me from abomination and mental disease.’” The Psychologist told Khookha he was « adopting female traits to show signs of weakness », an assertion he rejects: “Everyone should have the right to experiment [with their] femininity and masculinity and every possible way of gender expression despite the biological sex they were assigned to at birth.” – The Tunisian #LGBTQI+ community hoped that the 2011 revolution would usher in a more open society, and an end to homophobia and transphobia. This has not come to pass. Despite the discrimination and risks they face, activists continue to campaign for Tunisians to be free to love who they want, and identify as they feel, without fear. – Khookha was photographed by @natgeo contributing photographer @Hammond_Robin. He shared his story for the #WhereLoveIsIllegal campaign, a platform for #LGBTQI+ stories of survival. It is a @witness_change project. To see more stories of survival from around the world follow @WhereLoveIsIllegal

Une photo publiée par National Geographic (@natgeo) le

Vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Commentaires

Loading...