Now Reading
Ces phrases qu’il ne faut pas dire à votre enfant

Ces phrases qu’il ne faut pas dire à votre enfant

Les parents, souvent débordés, épuisés ou carrément dépassés par le poids de leurs responsabilités, ne font  que reproduire ce qu’ils ont vécu étant enfants. Ainsi, les mêmes situations engendrent les mêmes réactions à une génération d’intervalle. Certaines phrases ne devraient jamais se frayer un chemin jusqu’aux petites oreilles fragiles. Ce sont souvent des phrases que l’on prononce presque sans y penser et sans soupçonner l’impact sur toute la vie de notre enfant.

Voici les phrases à éviter quant à l’éducation de votre enfant chéri :

Ne pleure pas !

Les pleurs expriment un besoin. Un enfant en crise à besoin d’être calmé et rassuré. Aidez-le à gérer ses émotions en le serrant dans vos bras au lieu de lui ordonner d’arrêter de pleurer. S’il est en âge des poser des mots sur ce qu’il ressent, c’est encore mieux !

 Arrête ! Autrement, j’appelle ton père !

A bannir ! Les menaces, qu’elles soient physiques ou orales, ne changeront pas le comportement de votre enfant. Elles sont encore plus négatives car elles portent à croire que le père est la seule figure d’autorité et l’associent à un mauvais moment. Pas très rassurant tout ça !

Laisse-moi tranquille/ seul, va jouer avec ta mère/ton père

Il est nécessaire d’être attentif aux signes d’urgence de votre enfant. Tout enfant a besoin d’attention et d’amour. Si vous n’êtes pas disponible, expliquez-lui et dites-lui quand cela sera possible (N’oubliez pas que chose promise, chose due). Autrement, il sera refoulé et frustré mais surtout vous serez la dernière personne à qui il demandera d l’attention.

Tu ne vas pas y arriver, tu vois, je te l’avais dit !

Ce n’est vraiment pas la bonne formule, surtout si elle exprimée tout haut ! Sachez qu’en disant cette phrase, votre enfant a déjà imaginé cette issue. Son cerveau va automatiquement le propulser vers ce but et freinera son exploration et son développement intellectuel et physique.

Ayez confiance en lui, laissez-le faire son expérience en l’avertissant sur les difficultés ou les risques de la situation, proposez-lui votre aide, interrogez-le ou donnez-lui des consignes

Tu m’énerves ! 

C’est une expression couramment utilisée, mais inexacte ; elle culpabilise l’enfant en le rendant responsable de notre émotion, autrement dit, tu es responsable du mauvais moment que je passe.

Reformulez plutôt de la sorte : « Je suis en colère quand tu… » (Et non « je suis en colère parce que… »)

Ainsi, vous conservez la responsabilité de l’émotion sans l’accuser.

Tu le fais exprès ? T’es bête ou quoi ? 

Non, votre enfant ne fait pas exprès de renverser son verre d’eau quatre fois par jour ! Et non, cela ne veut pas dire qu’il n’est pas intelligent ! Penser que ses parents le trouvent idiot est terriblement décourageant et perturbant pour l’enfant. Ce n’est qu’un gosse, ne le brusquez pas !

Pourquoi tu n’es pas comme ta cousine, elle a toujours été calme et gentille ! 

Les comparaisons avec d’autres enfants :  à éviter ! Que ce soit avec une sœur, un frère ou un cousin, il est impératif que votre enfant sache que vous l’aimiez autant que son frère, avec la même intensité, mais différemment !Plutôt que de chercher ce que l’autre enfant a de « mieux », ne manquez jamais une occasion de mettre en valeur les capacités et les qualités de chacun !

 

Attention, ne pas confondre une éducation saine et sans violence avec l’éducation d’un enfant roi.

Certes, la patience atteint des fois sa limite, mais essayez de vous retenir de dire des phrases assassines. On est certains que vous ne voudrez pas que l’un de vos enfants se sente mal à cause de ce que vous avez dit ou fait !

©CE

 

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top