Fini les derniers 20% au bac !

0 67

Le ministre de l’éducation Néji Jalloul fait pleuvoir les réformes, une qui a été des plus marquante c’est l’annulation des derniers 20% calculés dans la moyenne du bac.

 

Les 25% ont pendant des années ont sauvé les élèves les moins doués, mais voilà que la décision est tombée. Désormais, il faudra avoir sa moyenne pendant toute l’année pour avoir son baccalauréat. Ajoutez à cela un projet de loi pour interdire les cours de rattrapage chez son prof de math ou de philo, pour le rattrapage le ministre parle d’institut spécialisé étatique. Avec un taux de réussite au bac de 36,09% en 2015, contre 49,7% en 2014, il devenait urgent pour le ministère de s’attaquer au niveau des élèves qui depuis quelques temps se fait voir sous son vrai jour, des notes gonflées au cours de l’année scolaire, les mêmes notes qui donnent accès à l’université, et comme conséquence à tout cela, 30% des chômeurs sont diplômés.

Néji Jalloul a aussi annoncé, qu’il n’ y aura plus deux semaines de vacances en hiver et au printemps mais seulement une semaine. Quand aux enseignants ils devront suivre une formation avant d’entrer en fonction.

Le gouvernement tout en essayant de désamorcer la bombe syndicale, s’est décidé à attaquer le dossier de l’éducation et de lancer ses réformes.

L’école étatique est menacée, puis que les sondages montrent que le taux de réussite et le niveau des élèves dans les écoles privées sont le plus élevés. Le ministre rassure les parents en expliquant que le 15 septembre il y aura une rentrée, que chaque enfant retrouvera son école propre et des tables neuves. Si l’enseignant n’est pas présent le jour j, cela passera pour un abandon de poste, ce dernier sera viré au bout de la troisième fois, sans indemnité.

Le ton ferme et sévère du ministre de l’éducation Néji Jalloul reflète peut-être les négociations houleuses qui se déroulent dans les coulisses du syndicat et du ministère , ceci étant dit le ministre paraît plus conscient des besoins des enseignants, mais fait des enfants la priorité numéro un dans ce débat .

Il est inutile de rappeler que la Tunisie n’a d’autre richesse que celle de ses enfants. Avancer dans le dossier de l’éducation nationale est le premier pas vers une Tunisie épanouie.

©T.H

Commentaires
Loading...