Now Reading
Témoignage : Un patron tunisien nous parle de la crise .

Témoignage : Un patron tunisien nous parle de la crise .

Ils ne font jamais grève, ne prennent jamais de vacances et ne dorment pas beaucoup ces derniers temps. Les patrons des TPE sont ceux qui font tourner la machine, ils ne sont ni trop riches, ni pauvres, certains se sont  même construit une petite fortune quand il y avait une économie « stable ». Après la « révolution » les micros et petites entreprises ont participé au sauvetage économique .

On est allés à la rencontre d’un homme , patron depuis une trentaine d’année, il se bat chaque jour avec l’état, la lenteur administrative et la corruption. C’est dans son bureau poussiéreux que , on l’appellera N, nous attendait, il a soixante ans, travaille du lundi au vendredi, et ne peut pas se passer de la nicotine.  Aujourd’hui, N , entre deux coups de marteaux et le grincement du métal,  nous parle de son entreprise, de ses deux fils et de sa fatigue :

 « J’ai envie d’arrêter.  Que des petits marchés pour deux sous, je te jure je n’ai même pas de quoi payer les ouvriers ce mois-ci. Avant je faisais de bons coups comme on dit, c’est comme ça que je me reconstruis après ma première faillite, je me souviens d’un marché à 100 milles dinars, aujourd’hui les clients viennent et veulent du rabais, j’ai soixante ans et pas un rond. »

Les TPE/PME  sont 626.000 officiellement et pourraient atteindre les 750.000, les TPE/PME représentent 98 %   des entreprises privées, on pourrait dire qu’elles sont l’économie Tunisienne, sauf que les crédits bancaires accordés ne représentent que 15%.

un-homme-fume-une-cigarette-a-new-delhi-le-31-mai-2013_4892191

« Je suis tout le temps en ligne à regarder mon compte bancaire, vu que je paye par chèque, j’ai peur des impayés.Je sais ce qui m’a achevé, c’est les 30 milles dinars que j’ai payé d’un coup aux impôts  l’année dernière, enfin bref, là j’ai hâte de laisser tomber, mon seul plaisir est de disparaître chaque vendredi, je prend mon appareil photo et je pars à Bizerte….(il tourne l’ordinateur en notre direction ) ça c’est où je vais à Bizerte, à chaque fois que j’y suis, je déverse tout , je pleure beaucoup et je bois aussi (rires) »

 Il allume une cigarette, le sourire coincé entre les rides de son visage, il parle de ses grands chantiers, et continue:

«  Moi j’ai vieilli et ma génération a vécu. C’est pour mes enfants que je m’inquiète,  ils ne pourront jamais devenir propriétaires d’une maison  avec la conjoncture actuelle…le contexte sécuritaire nous empêche d’avoir une vision claire du futur  »  

N a une peur aujourd’hui  : «  Si je tombe malade demain, je n’ai pas de quoi me soigner ».  Depuis quelques jours, il  se cache parce qu’il n’a pas payé le loyer de 1 500 dinars. Rien ne va plus chez les patrons, se retrouvant entre deux feux : mettre la clef sous la porte ou s’endetter jusqu’au cou. Une situation qui n’est pas évidente au  quotidien surtout que l’aide de l’état est inexistante et que le bout de tout chemin parcouru semble sans issues.

@T.H

 

 

 

http://Le%20confinement%20c’est%20un%20changement%20entre%20le%20premier%20et%20les%20jours%20suivant.%20 22 0
http://Tous%20les%20chiffres%20importants%20que%20vous%20devriez%20connaître%20🇹🇳 14 1
http://Corona,%20Corona,%20Corona,%20on%20entend%20plus%20que%20cela%20tous%20les%20jours%20et%20à%20toutes%20les%20heures.%20🦠%20❌⁣ 2 0
#healthy%20#food%20#wecook%20#weposttunisia🇹🇳 13 0
http://Coronavirus.%20Les%20humains%20sont%20confinés,%20la%20nature%20reprend%20ses%20droits. 35 0

Facebook Comments

What's Your Reaction?
We laugh
0
We Like
0
We love
0
We smile
0
View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.


© 2020 Wepost Magazine. All Rights Reserved Made with Love By WEBI STUDIO.

Scroll To Top