Now Reading
Dar Joued : la réclusion des femmes

Dar Joued : la réclusion des femmes

Dar Joued fut un espace de réclusion, une instance “surmoîque” correctionnelle de toute femme rebelle et désobéissante. Plusieurs appellations sont à l’origine de cette “institution”comme “Maison de confiance/ Dar Al Thiqa”, ou encore “Dar Al Sokna bi Hosna/ Cohabitation pacifique”.

Unique recours du juge face à un conflit conjugal, la femme est sujette à un isolement pouvant durer quelques jours voire quelques mois. Symbole de la bonne éducation et de l’emprise patriarcale, Dar Joued exerçait une pression psychologique et morale sur les femmes jugées récalcitrantes. La maison fut une vraie forteresse cadenassée et dont les portes étaient verrouillées par des barreaux en fer, au sein de laquelle la pensionnaire était tenu de corvées telle une servante. Elle devait faire le ménage et cuisiner.

Jadis, la réclusion de la femme à Dar Joued peut avoir plusieurs motifs comme le refus d’un mari indésirable et qu’elle n’a pas choisi, l’attachement à un amant non désiré par le père, la désobéissance au mari et les conflits familiaux? Contrôlée et surveillée, la femme qu’elle soit accusée ou plaignante, se retrouvait détenu jusqu’à ce que la situation se dénoue.

Photo par ©F.B.A

 

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top