Now Reading
Dougga, la cité romaine perdue en pleine nature

Dougga, la cité romaine perdue en pleine nature

Située à 108km au sud-ouest de Tunis et à 140km au sud-est de Tabarka, Dougga est un site à la fois spectaculaire et d’un intérêt exceptionnel. Construite sur un plateau incliné qui domine la riche vallée de l’oued Khalled, elle était déjà, à la fin du IVe siècle avant J.-C. d’une belle grandeur.

De part sa taille, son état de conservation, ses monuments, Dougga est un site majeur de l’Antiquité en Afrique.

Partons à la découverte de ce site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La ville doit son origine aux avantages offerts par la topographie des lieux, le climat, et la fertilité des sols. L’environnement montagneux et la falaise qui borde le site étaient favorable à la défense de la ville antique ; les terres fertiles et les sources abondantes rendaient les cultures et l’approvisionnement facile. La cité, perdue en pleine nature entre les oliviers et les champs de céréales est sans doute l’ensemble de constructions romaines le plus riche d’Afrique.

  • 3000 ans d’histoire

Les fouilles archéologiques récentes ont révélé que l’occupation humaine du site remonte au moins au milieu du deuxième millénaire avant J.C. La présence de dolmens l’atteste également.

Il est probable que le site fut un haut lieu sacré tôt dans l’histoire. La ville est passée tour à tour du domaine de Carthage au royaume de Numidie dont elle fut une des capitales.

L’occupation de la ville à l’époque numide est bien attestée par des monuments importants : le célèbre mausolée libyco-punique et le monument auquel appartenait peut être une inscription dédiée au roi, MASSINISSA qui se dressait dans le secteur de l’agora (place publique).

La ville romaine s’est développée, dès le début du Ier siècle, à l’emplacement même de la cité numide dont elle a épousé le tracé irrégulier.

Les zones fouillées de la ville ont révélé à ce jour l’existence d’une vingtaine de temples et d’une trentaine de maisons et ainsi que celle des grands édifices publics: forum, marché, théâtre, cirque, thermes, et fontaines.

  • Site patrimoine mondial

Dougga est le site de Tunisie qui permet d’illustrer le mieux la naissance d’une cité autochtone, son développement et son histoire à partir du second millénaire avant J.C.

Certains de ses monuments sont uniques en leur genre et témoignent de l’heureuse synthèse de différentes cultures : numide, punique, hellénistique et romaine.

L’état de conservation de ces monuments fait également de Dougga un site exceptionnel.

1- Le théâtre 

Le théâtre de Dougga est un grand théâtre de 3500 places très bien conservé. Il fut construit vers 168-169 après J.-C. La cavea est divisée en trois étages comportant des galeries utilisées pour circuler. Cinq escaliers permettent de se déplacer dans les gradins. Le sol de la scène est composé de mosaïques. Elle est séparée de l’orchestre par un petit mur composé de niches abritant autrefois des statues ou des fontaines. De chaque côté de la scène des escaliers permettaient d’accéder à l’orchestre. Dans les sous-sols se trouvaient certainement toutes les machines nécessaires aux représentations.

8faeab36c40a47b970f30d97aa951033

2- Le capitole

Monument dominant toute la cité. Cette construction est dans un état de conservation exceptionnel. Un escalier de onze marches mène au portique de façade. Les colonnes corinthiennes de la façade s’élèvent à huit mètres de haut, au-dessus desquelles se trouve le fronton en parfait état. Il conserve une représentation de l’apothéose de l’empereur Antonin le Pieux enlevé par un aigle.

84ec59fb99aba6dbdaa540fbbd91d8f7

3- Le forum

Contrairement au Capitole, peu de colonnes subsistent autour du forum. Cela a l’avantage d’ouvrir l’horizon, offrant un panorama intéressant.

dougga-forum-panoramique-38

4- Le Temple de Caelestis

Le temple, dédié à Junon Caelestis, héritière de la Tanit punique, est remarquable en raison de l’état de conservation de son enceinte sacrée délimitée par un mur dont une partie importante est très bien conservée. La cour est pavée en partie seulement et s’ouvre par deux portes symétriques. Un portique de 25 travées borde la partie circulaire de l’enceinte. Il est surmonté par une frise relatant sa construction.

774947854e6b8712dd23fa1a34199191

5- Les thermes

Trois espaces thermaux ont été totalement dégagés alors qu’un autre est en cours de fouilles. Parmi ces quatre thermes, l’un est inclus dans une maison privée, les « thermes de la maison à l’ouest du temple de Tellus ». Deux autres, les thermes d’Aïn Doura et les thermes longtemps dénommés « thermes liciniens », sont des lieux ouverts au public au vu de leur superficie. Le dernier lieu, les thermes des Cyclopes, est plus complexe à interpréter.

8be52917cd212a06700e358dafe8e7ea

6- Les ruelles

Les voies de circulation de Dougga sont éloignées du modèle théorique du fait du plan original de la cité. Le centre de la cité est vraisemblablement piétonnier. Des installations d’assainissement y sont présentes comme en témoignent les plaques d’égouts encore en place. Au bas de la colline se trouvent encore les traces des routes rejoignant la grande voie de Carthage à Théveste.

f39932eaad1492d089a1d9548909df07

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top