Now Reading
Guide de survie pour jeunes Tunisiens : 5 comportements passibles de prison

Guide de survie pour jeunes Tunisiens : 5 comportements passibles de prison

Malgré la “Révolution” et l’élection d’un parti dit “progressiste”, de plus en plus de jeunes tunisiens se font arrêter pour des « délits mineurs », généralement liés aux affaires de « bonnes mœurs ». Loi 52, Article 226, Loi 230… Mais comment faire pour vivre librement tout en évitant la case prison ? Pas facile tous les jours. Alors voici pour vous un petit guide de survie à avoir en tête en toutes circonstances, en espérant voir certaines lois rétrogrades changer au plus vite :

17618_912366158814623_7086318216164485093_n-e1430750702368-680x3831) Fumer un joint

Qui n’a jamais eu envie d’en rouler un p’tit, pour se détendre après une longue journée, pour rigoler entre amie ou en soirée, pour s’évader sur un documentaire super space ou juste pour voir ce que ça fait de parler comme Bab Marley. Bon, on s’égare. Surtout qu’on est là pour vous donner un guide de survie, et non un encouragement au passage par la case prison. Alors pour résumer : on ne saurait vous le déconseiller assez ! On ne va pas vous l’apprendre, la fumette tombe sous le coup de la fameuse Loi 52 dite « 3am w Vespa », qui prévoit « une peine d’emprisonnement de 1 à 5 ans et une amende de 1000 à 3000 dinars pour tout consommateur ou détenteur à usage de consommation personnelle de plantes ou de matières stupéfiantes. »

La loi ne le dit pas clairement, mais sachez également que vous pouvez être condamnés suite à une simple détention d’un paquet de feuilles à rouler, comme l’atteste le triste cas des deux jeunes Adnène Meddeb et Amine Mabrouk (membres du comité d’organisation des JCC), arrêtés samedi 28 novembre et écroués pour quelques feuilles dans leur poche, sans même avoir passé le test de dépistage. Plus récemment encore, début décembre, les artistes Fakhri El-Ghezal, Atef Maatallah et Ala Eddine Slim ont été condamnés à 1 an de prison ferme et de 1000dt d’amende pour consommation de cannabis.

Niveau du risque : SUPER MÉGA ULTRA élevé (parfois même plus que de fricoter avec des bandes terroristes d’ailleurs)

Astuce de survie : Essayez de corrompre le premier flic qui vous arrête, car une fois passé par la case Bouchoucha puis dépistage, les chances de libération frôlent le zéro. Autre astuce, évitez d’être un artiste talentueux ou un rappeur aux chansons engagées, cela décuplerait vos chances d’être arrêtés.

gros-bisous-de-tunisie-3623163105-9075072) S’embrasser dans la rue

Difficile de trouver un moment d’intimité quand on est un jeune couple tunisien. Si le mec ramène sa copine chez lui, la famille la verra comme une « fille facile », et si la meuf ramène son copain chez elle, oh, wait… une fille ne peut PAS ramener un mec chez elle ! Sauf si les parents sont en voyage, que les voisins sont morts, et que même le chat est sourd muet et aveugle (on est jamais trop prudent). Du coup, il arrive que les jeunes couples soient tentés de passer une après-midi en tête à tête sur la plage ou au Belvédère, histoire de s’échanger quelques bisous volés, qui peuvent parfois coûter cher. Car si la loi tunisienne n’interdit pas explicitement les baisers, les articles 226 et 226 bis du Code pénal sont assez vagues et permettent la répression. « Est puni de six mois d’emprisonnement et 48 dt d’amende, quiconque se sera rendu coupable d’outrage public à la pudeur. »

Niveau du risque : Assez élevé

Astuce de survie : Avoir toujours sur soi 48dt pour l’amende et 2 mois de vie à perdre dans une cellule. Généralement, les 48dt payés sur place devraient suffire, si vous voyez ce que je veux dire.

A Tunisian police officer on horse patrol the beach in front of the Imperial Marhaba Hotel in Sousse, Tunisia, Sunday, June 28, 2015. Tunisia's top security official says 1,000 extra police are being deployed at tourist sites and beaches in the North African nation. (AP Photo/Darko Vojinovic)
3) Dormir ensemble dans une chambre d’hôtel sans être mariés

C’est les vacances d’été, vous voulez faire une escapade avec votre copin(e) et un couple d’amis, et vous cherchez un hôtel sympathique pour y passer quelques nuits. Sauf que vous savez pertinemment qu’il est strictement interdit de prendre une chambre double avec votre douce moitié si vous n’êtes pas marié (on vous demandera votre carte d’identité, votre certificat de mariage et peut-être même les photos de votre soirée de fiançailles, à toutes fin utiles).

Niveau du risque : Moyen

Astuce de survie : Partez avec un couple d’amis. Arrivés à la réception, remplissez une fiche pour la « chambre des mecs » et une autre pour « la chambre des filles », en faisant attention à pas montrer que vous vous connaissez. Le soir, sortez de votre chambre sur la pointe des pieds, switchez en vous assurant d’avoir bien regardé les deux extrémités du couloir pour vérifier que vous n’êtes pas suivis. Évitez également d’avoir recours au room-service, on n’est jamais à l’abri de la délation d’un jaloux frustré. Autre astuce : louez une maison tranquille après avoir vérifié que le proprio n’est pas pro-Daech.

prison-couple-en-cuisine-c-dr
4) Vivre en concubinage

Vous vous aimez, il n’y a aucun doute. Au point de ne plus pouvoir vous séparer. Vous y avez bien réfléchi, vous avez pris votre courage à deux mains et décidé de sauter le pas, malgré ce qu’en dira la famille, l’entourage et la société toute entière (même l’épicier du coin aura son mot à dire d’ailleurs, car en Tunisie, votre vie privée appartient d’abord à la communauté). Eh bien bravo, on applaudit des deux mains, parce qu’on sait la dose de courage qu’il faut pour regarder la société dans les yeux et lui dire : « je vis ma vie et je t’emmerde ! ».

Mais sachez que, même s’il n’existe pas de lois interdisant directement le concubinage (il y a un vide juridique sur la question), il arrive fréquemment que des couples finissent devant le tribunal, car la loi punit les relations sexuelles hors mariage, s’il y a « flagrant-délit » théoriquement. Même si les deux personnes ne vivent pas ensemble d’ailleurs. Vous avez surement entendu parler du cas de l’enseignante écrouée à Nabeul ce vendredi 11 décembre pour « relations sexuelles illégitimes ». Alors attention aux voisins envieux ou aux “ex” jaloux qui peuvent aller vous dénoncer.

Niveau du risque : Moyen

Astuce de survie : Ne sortez jamais de l’appartement ensemble pour éviter d’éveiller les soupçons du gardien, ou faites-vous passer pour frère et sœur pour « rassurer » le voisinage.

whisky-vodka-contrebande-tunisie
5) Transporter de l’alcool

Vous venez de sortir de la cave de Carrefour, Monoprix ou Magasin Général, et dans le feu de l’action vous avez oublié de récupérer la facture du stock d’alcool que vous venez d’acheter ? Attention, danger ! Sachez qu’il strictement interdit de transporter de l’alcool en Tunisie sans une facture en bonne et due forme, et encore. Rappelez-vous le cas du jeune Anis Guiga cet été, arrêté dans la soirée du samedi 4 juillet 2015, car les policiers avaient trouvé deux boites de bière dans le coffre de sa voiture. Le ministère public avait invoqué encore une fois l’article 226 du Code pénal (oui, toujours le même), en considérant qu’il s’agissait d’une atteinte à la pudeur. Anis Guiga sera finalement libéré après une condamnation à trois mois de prison avec sursis, et aura désormais un casier judiciaire.

Niveau du risque : Faible

Astuce de survie : Si le volume du ventre du policier trahit ses penchants pour la bière, offrez-lui gentiment la moitié de votre stock d’alcool, ça devrait le faire. S’ils sont plusieurs, donnez tout sans insister. S’ils refusent, sortez le chéquier (jocker qui s’applique en tant qu’astuce de survie pour tous les comportements à risques cités ci-dessus)

© RY

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top