Now Reading
Humour : les 5 étapes de l’achat du maillot de bain

Humour : les 5 étapes de l’achat du maillot de bain

L’été arrive à grands pas !

Il y en a qui courent le marathon, font de l’escalade ou de la plongée. A chacun son défi, et là tout de suite il en y a un énorme qui nous tombe dessus : on doit s’acheter un maillot de bain en vue d’un week-end improvisé à la plage.

Oui, dit comme ça, ça n’a rien d’un challenge sportif. Ça pourrait même passer pour une partie de plaisir. Sauf que pour renouveler son dressing de plage est un objectif au moins difficile que courir 15 kilomètres sous la pluie.

La preuve en 5 étapes :

  • La préparation mentale

On dit toujours que pour gagner, tout est dans la tête. Seulement, dans le cas qui nous occupe aujourd’hui, la préparation psychologique ressemble d’avantage à un sentiment de panique voir de terreur, qu’à une sensation de win rassurante.

  • La préparation physique

On doit reconnaître que, comme d’habitude, de préparation physique, il n’y a pas eu. C’est d’ailleurs toute la difficulté du défi maillot de bain. On va devoir se foutre à poil, comme ça d’un coup, alors qu’hier encore on était confortablement engoncée dans une robe pull.

Un peu violent comme mise en jambes… On ne pas dire que notre couleur de peau transparente booste notre capital confiance quand approche le moment fatidique où on va se retrouver quasi nue face au miroir maléfique de la cabine d’essayage.

  • Les obstacles à surmonter

Arrivée au rayon maillots, on n’est pas au bout de ses peines. Le supplice commence par la confrontation avec la vendeuse. Malgré son (faux) sourire, on ne voit rien d’autre en elle que le méchant champignon avec les pieds que Super Mario doit éviter pour ne pas mourir. On sent sa mesquinerie quand elle se rue sur nous en hurlant : “Asslema, n3awnik fi 7aja?” Alors qu’on tentait de s’introduire EN CACHETTE vers les cabines  pour que personne ne nous voit. RATÉ!!!!!

Autre obstacle majeur : La bombasse de la cabine d’à côté, qui, bien plus maligne que nous, s’est fait trois mois de sport avant la corvée maillot. Contrairement à nous, elle est bien dessinée et évidemment, elle est de bonne humeur, elle.

  • Le passage à l’acte

Une fois la vendeuse partie s’occuper de son téléphone et une fois le sosie de  Scarlett Johansson envoyé à la caisse, on s’introduit furtivement dans la cabine, en faisant abstraction de la lumière néon qu’on soupçonne d’avoir été installée là comme test ultime de motivation pour les intrépides comme nous ayant quitté leur canapé/vaincu le champignon (euh la vendeuse)/ ignoré la bombasse/ dénudé leur bourrelet.

On enfile notre premier choix, un micro-bikini triangle et voilà qu’on a l’impression d’avoir emprunté le maillot de notre cousine de 14 ans.

C’est alors que défilent dans notre tête, cette ma9rouna et ce lablebi auxquels on n’a pas pu dire non.

  • Le résultat

Dans les bons jours, on repart avec un modèle réaliste, qui ne nous va objectivement pas sur le moment, mais qui finit par nous flatter en plein cœur du mois d’août.

Dans les heures les plus sombres de l’histoire de l’essayage du maillot de bain, on laisse tout dans la cabine en se promettant de ne plus jamais s’alimenter. Mais on s’achète quand même un bon ma9loub en sortant.

Après l’effort, le réconfort.

Crédit photo : blog.liliaimelenougat.fr

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top