Now Reading
JEUDI CA, JEUDI RIEN N°3

JEUDI CA, JEUDI RIEN N°3

En cette journée mondiale du câlin qui tombe par hasard le jour où j’ai pris l’habitude de vous embêter avec ma chronique et en regardant un tout petit peu ce qui se passe dans le monde ces derniers temps, on serait bien tenté de se demander qui oserait câliner qui ? Tellement il est rare de nos jours de voir de pareilles scènes, surtout chez nous où la loi super ambiguë du trouble à l’ordre public combinée à celle de l’atteinte aux bonnes mœurs nous interdirait justement de penser câliner autrui encore plus s’il s’agit d’une personne du sexe opposé.

Et puis ça sert à quoi les câlins, puis pourquoi un jeudi pour les câlins, un dimanche un jour où l’on aurait rien à faire peut-être, mais là un jeudi ?? Moi-même, à cause de nos lois ou non, n’étant pas romantique pour deux sous, je me demande souvent ce qu’il y a d’aussi excitant dans le fait de regarder un coucher du soleil, un dimanche justement, au milieu de nulle part au côté de sa bien aimée puis de la prendre dans ses bras pour un long câlin, l’embrasser sans pour autant aller plus loin, puis de remballer l’espèce de nappe à carreaux blancs et rouge, ramasser la bouteille de vin (les canettes de bière c’est pas du tout romantique), ensuite de se lever en premier, tendre le bras à sa dulcinée, l’aider à se relever, la raccompagner jusqu’à la voiture en portant le panier, la glacière, le parasol, les sacs, la Bose, puis surtout s’assurer qu’elle ne porte rien d’autre que son sac à main auquel il ne faut jamais toucher (pour les vicieux je ne parle pas de vêtements), mettre tout ça dans le coffre, lui ouvrir la portière, s’assurer discrètement en faisant le tour pour monter dans la voiture, qu’après cette journée et l’effort qu’on vient de faire on ne sente pas trop la sueur, et du coup si c’est le cas, s’asperger discrètement d’un parfum assez fort pour couvrir l’odeur mais assez léger pour pas qu’elle s’en aperçoive, puis de monter dans la voiture, choisir la bonne musique qui conviendrait aux deux heures de route qui viennent, un bon répertoire contenant le best-of de Melody Gardot combiné à certains titres de Lisa Ekdhal peut très bien faire l’affaire, de conduire sans trop accélérer, en passant les vitesses sans accoups mieux que ne le ferait la plus sophistiquée des boîtes automatiques, de lui caresser les cheveux, comme le ferait le meilleur masseur crânien au monde pour l’aider à s’assoupir, de la faire planer entre hypnose et sommeil pour ne pas qu’elle sente la distance, tout en restant concentré sur la route, d’arriver à la maison, de ne pas la réveiller brusquement, de la porter même au cas ou le léger coup de frein à main ne la réveille même pas, de la mettre au lit, pour enfin pouvoir s’affaler sur le divan à zapper devant la télé en appréciant tranquillement sa bière bien fraîche et bien méritée, alors qu’on pourrait tout simplement le faire dès le départ sans perdre tout ce temps pendant que notre dulcinée nous prépare un bon couscous au poisson, dans la cuisine dépourvue d’air conditionnée !

Enfin, je dis ça je ne dis rien ! A jeudi prochain !

© Sami Baccouche

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top