Now Reading
Junkie Truck : Le Food Truck sur les routes de Tunis

Junkie Truck : Le Food Truck sur les routes de Tunis

Nous sommes allés à la rencontre du jeune propriétaire d’un “ovni” dans le paysage culinaire tunisien: le Food Truck “Junkie Truck”. Hédi Dehissy est jeune entrepreneur qui a lancé cette startup mobile il y a seulement quelques mois.

Qui est Hédi Dehissy?

Hedi dehissy 21 ans, j’ai étudié à l’ISC jusqu’en seconde ( 16 ans ), j’ai arrêté les études car j’avais beaucoup de difficultés à m’adapter au système scolaire. Le fait d’avoir arrêté mes études a été une chose malheureuse mais qui m’a ouvert beaucoup d’opportunités. Cela m’a permis de me concentrer sur ce que j’aime, c’est-à-dire la cuisine. J’ai donc fait une formation qui a duré presque 2 ans, puis j’ai fait des stages dans le restaurant le BAROQUE, qui a été une très bonne expérience grâce a mon mentor Chef Bilel ! J’ai surtout compris que pour exceller dans ce domaine il fallait beaucoup de pratique et beaucoup de temps car ce n’est pas un métier très valorisé en Tunisie et je ne souhaitais pas attendre 20 ans pour être reconnu, c’est de là que j’ai décidé de prendre les choses en main et de monter ma propre affaire.

Pourquoi avoir choisi de faire un Food Truck ?

Pour commencer c’était un projet qui me tenait à cœur depuis l’âge de 15 ans. Je m’étais donné jusqu’à l’age de 20 ans pour avoir mon premier camion et d’avoir le deuxième avant 25 ans !
J’ai surtout choisi ce métier pour la liberté qu’il m’apporte, le fait de pouvoir toujours changer d’endroit était la chose qui me motivait le plus ! Je suis un peu hyper-actif (rire)

Il n’existe pas beaucoup de Food-Truck à Tunis.Vous n’aviez pas peur de la mentalité et que ça ne fonctionne pas ?

Nous sommes parmi les premiers Food Truck qui ont été mis en circulation à Tunis et le soucis n’est pas le concept, mais plutôt les autorisations de circulation et de stationnement que la municipalité devrait nous donner pour pouvoir exercer.
Je peux vous dire que le projet ne marche pas comme je l’aurais cru car nous sommes tout le temps freinés. Nous nous retrouvons à être garés toute la journée à la même place de parking à la Soukra (devant le parc).
Nous avons déposé des demandes dans toutes les municipalités et nous sommes sûrs que nous aurons les autorisations que d’ici deux ans, ce qui fait long pour tout vous dire!

Le concept commence à intéresser de plus en plus de jeunes entrepreneurs. N’avez-vous pas peur de la concurrence, de vous retrouver un parmi d’autres ?

Au contraire ! J’encourage toutes les personnes qui veulent se lancer. La concurrence est bonne dans tout commerce mais surtout cela permettra, je l’espère de faire bouger les mentalités et de rendre ce fabuleux concept plus courant.

Comment avez-vous financé le “Junkie Truck” ?

C’est mon père qui a financé ce projet avec l’argent qui devait être pour mes études plus tard.

Vous êtes très jeune. Votre entourage n’a pas essayé de vous dissuader en vous disant que c’était un coup de tête ?

Au début oui bien sûr! Mais j’avais réellement étudié le projet et le marché. A vrai dire, je les ai convaincus avec les chiffres. Ils ont vite compris que ça pouvait très vite devenir lucratif.

Comment s’est effectuée la mise en place du Junkie Truck ?

Environ un an ! La conception du camion a commencé l’été 2014. Nous avons eu quelques soucis pour trouver des personnes compétentes dans le domaine et nous voulions que tout soit parfait. J’ai donc créer le design au millimètre prêt et je me suis tourné vers une entreprise de camions frigorifiques pour la création.

Depuis Quand Junkie Truck est sur les routes ?

Notre première expérience a été la première semaine du mois de ramadan 2015. Nous avons eu une excellente surprise car le projet a cartonné dès les premières heures. Nous étions en compétition avec d’autres Fast food et pourtant nous avons crée notre réputation et les gens venaient spécialement pour nous! C’est très encourageant!

Combien êtes-vous dans l’équipe ?

Nous sommes 2 dans le Food Truck et nous avons une employée qui s’occupe des aliments dans notre laboratoire de préparation.  Avec l’arrivée du camion nous espérons employer plus de personnes car nous sommes dans une réelle optique de création d’emplois.

Dans 5 ans comment vous voyez l’entreprise ?

La chose que j’espère c’est d’avoir plusieurs camions. Que le nom de Junkie Truck soit une référence dans le domaine. J’espère aussi que tout ces problèmes administratifs ne soient qu’un mauvais souvenir, que la Tunisie se mette à accepter les nouveaux concepts et que les mentalités évoluent.

Avez-vous quelque chose à dire aux jeunes entrepreneurs qui voudraient se lancer dans leur propre projet ?

Bon courage (rires) ! Il ne faut surtout pas hésiter à se lancer ! C’est un très beau métier mais qui demande beaucoup d’efforts et surtout de la passion.
Si quelqu’un a des questions à propos du domaine des Food Truck,  je suis là pour répondre aux interrogations !

Pour finir, quel hamburger me conseilleriez-vous  ?

Tous ! (rires) … J’ai passé un an à mettre « amoureusement » en place toutes les recettes. Les hot-dog sont délicieux aussi ! Mais mon hamburger préféré est le Mexicain, j’ai vraiment passé du temps à trouver la recette parfaite pour un goût explosif en bouche!

©Fatma Guellaty

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top