Now Reading
Langage des femmes Tunisiennes : l’ultime mode d’emploi

Langage des femmes Tunisiennes : l’ultime mode d’emploi

Aaaah les femmes ! Pas facile de les comprendre… Et surtout nos femmes tunisiennes.  Néanmoins langage féminin et langage masculin ne sont pas deux dialectes différents. Il s’agit juste de deux modes de communication qui connaissent leurs divergences. Et oui, nos charmantes tunisiennes affectionnent le langage indirect. Ce mode d’expression consiste pour une femme à faire allusion à ce que qu’elle a en tête, mais sans l’exprimer ouvertement. Alors, pour vous Messieurs, voici LE TRADUCTEUR officiel du langage des femmes tunisiennes – à prendre avec humour bien sûr. 

femmes_mode_d_emploi (2)

1) “Fech t5amem/A quoi tu penses?” 

Souvent murmurée lorsque vous connaissez un moment d’absence, cette petite question mignonne et banale donne l’impression que votre partenaire se sent isolée et qu’elle voudrait un peu plus d’attention de votre part. C’est vrai, mais il y a aussi une toute autre signification ! Parce que, pendant votre moment de sar7a/rêverie, la jeune demoiselle à votre côté s’est imaginé tout un scénario ” Il doit penser à une autre fille c’est sur, zaama si je lui demande il avouera?”

2) “Hani jeya/J’arrive” 

Ne surtout pas la prendre au mot au risque d’attendre pendant un bon moment. J’arrive c’est bien vague, et puis elle n’a pas réellement précisé d’heure. Cela peut être dans 10 minutes ou même 1h ! Bah oui, il fallait comprendre !

3) “Chey/Rien” 

Méfiez-vous du 7ata chey/rien avec un ton bien sec et en réponse à un mielleux “chbik azizti?”/”qu’est ce qui se passe mon amour?”. C’est le calme avant la tempête. Vous vous dites qu’il ne vaut mieux pas insister, mais ATTENTION si vous répondez “behi/d’accord”, ça a des chances de très mal se terminer : “Ahh en fait tu t’en fous de ce que j’ai ou pas, tu ne t’intéresse pas à moi”. Mieux vaut insister pour montrer à sa dulcinée qu’on est bien attentif à elle, et puis elle finira bien par céder…

4) “Ok vas-y”, suivi d’un “fais ce que tu veux” et d’un “amuses toi bien”

En réponse à un “Bébé, je sors avec les mecs ce soir” ! ATTENTION, c’est un défi, pas une permission ! Si vous pouvez reporter votre soirée avec Dali et Karim, vos meilleurs potes, faites le… Au risque de passer une très, je dis bien très, mauvaise soirée: appels manqués, message chaque 5 minutes “T’es où?”, “Pourquoi tu réponds pas”, “C’est qui les filles à côté?” … Vous voulez vraiment d’une soirée comme ça?

5) Un long soupir 

C’est plus significatif qu’un mot. C’est une injonction non-verbale pour que la situation présente cesse. Et le plus vite possible. Elle se demande pourquoi elle perd son temps à discuter avec vous… Vous qui n’y comprenez rien de rien !

6) “Chkoun/C’est qui?”

Et en général c’est bien d’une fille dont elle parle. Cela à l’air d’une question bien simple… Mais en réalité elle en cache de nombreuses autres : “D’où tu la connais?”, “Comment vous vous êtes connus?”, “Il s’est passé un truc entre vous?” et j’en passe… Alors en réponse à un simple “chkoun”, ressortez votre historique avant qu’elle ne le découvre toute seule, c’est bien mieux pour vous.

7) “Behi ok” ou “Ok” tout court 

Un des plus dangereux mots qu’une femme puisse vous dire ! Cela veut dire qu’elle veut clore la discussion, et qu’elle a besoin d’y réfléchir (= en parler à sa mère et ses copines)  avant de décider quand et comment vous le faire payer. Dis sur ce ton, ça fait un peu peur, mais vous avez raison d’avoir peur !

8) “5 minutes”

La notion du temps n’est pas le point fort de nos dulcinées. En fait, les “5 minutes” sont relatives, en fonction de la situation. S’il elle est en train de se préparer à sortir,et cela implique l’habillage, le maquillage, le lissage de cheveux (bah oui vous croyez vraiment qu’on a toutes les cheveux raides naturellement?), cette durée est à multiplier par 3 ou 4. Par contre s’il s’agit du temps que vous lui avez donné avant de passer la chercher, ou pour terminer votre partie de PlayStation, c’est 5 minutes et pas une de plus !

9) “C’est bon, je le fais” 

C’est une affirmation de déception. Vous n’avez visiblement pas effectué correctement, ou pas effectué du tout, ce qu’elle vous avait demandé. Après cela, ne lui demandez pas “chbik azizti?” au risque de revenir au point n°3.

10) “Tu dois apprendre à communiquer” 

En gros elle essaie de vous dire d’essayer de comprendre les signaux (indirects bien sûr) qu’elle vous envoie ! Ou, si on a pas trop la tête à essayer de déchiffrer leurs messages codés, d’être toujours d’accord avec elle. C’est bien plus simple, et puis, comme ça, on évite les problèmes. C’était pas si difficile !

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top