Now Reading
Le 14 février : froidure de la chèvre (Guerrat Al Anz) conte populaire et signification

Le 14 février : froidure de la chèvre (Guerrat Al Anz) conte populaire et signification

En Tunisie, nous avons recours au calendrier agraire selon lequel le 14 février coïncide avec la Froidure de la chèvre (guerrat al anz). Les légendes populaires se multiplient racontant l’histoire de cette femme hérétique châtiée par dieu et transformée en chèvre une nuit de grand froid.

Dans certaines régions d’Algérie, un conte célèbre raconta cette histoire :

Autrefois, durant le mois de Yennayer (Janvier), il y avait eu des orages, de la neige et du froid. La chèvre avait du rester enfermée tout le mois. Celui-ci achevé, le soleil se mit à luire et un peu de verdure poussa sur le sol. Alors la chèvre sortit aux champs. Elle se délectait. S’adressant à Yennayer, elle lui dit : “Yennayer mon ami, tu nous a quitté sans faire aucun mal”.
Entendant ces paroles, Yennayer sentit son coeur bondir de colère. S’adressant à son compère Fourar (février), il lui dit :

Je t’en prie, Fourar mon ami,
abandonne-moi l’un de tes jours,
que je châtie la chèvre impudente
et lui mette la tête dans le feu.

Fourar lui prêta une journée. Aussitôt le ciel se couvrit de nuages, tonnerre et éclairs éclatèrent, puis la grêle et la neige se mirent à tomber. Le vent de son côté brisait tous les arbres. Alors la chèvre qui était restée dehors, fut transie de froid et mourut (le site berbériste, Tamazgha).

Il  est à savoir que le dernier jour de Yennayer est appelé “l’emprunté” et que le mois de Fourar (février) a un jour de moins que les autres mois.

En somme, et selon les traditions populaires, Guerret el Anz ou froidure de la chèvre,renvoie à un froid intense qui nécessite qu’on mette les chèvres sous les abris afin de leur épargner la mort de froid. Guerret el Anz prend donc tout son sens !

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top