Now Reading
Le come-back de Mehdi Jomâa

Le come-back de Mehdi Jomâa

L’ancien chef du gouvernement lancera le 6 février prochain un think tank. Mehdi Jomâa y voit juste en portant une telle initiative. Il sait pertinemment que tous les gouvernants qui se sont succédé ont géré le pays au jour le jour sans aucune vision précise et sans aucune stratégie qui projette la Tunisie vers le futur. Ce laboratoire d’idées sera peut-être la boite idée de son prochain parti politique.   

Cette initiative verra la participation d’un grand nombre de personnalités, en premier lieu, des anciens membres du gouvernement Jomâa car son équipe est restée soudée et unie mais aussi des figures académiques et des hommes d’affaires. Ce premier pas serait le début effectif de la conquête du pouvoir. En ayant un think tank solide, réservoir d’idées pour les programmes électoraux, Mehdi Jomâa suit la coutume des partis politiques occidentaux qui chacun d’entre eux possède son propre laboratoire d’idées qui a pour vocation de le préparer aux échéances qui se présentent.

La déception générale d’une classe politique obsédée par le pouvoir et avide de postes mais à court d’idées, ne sachant comment gérer le pays révèle la nécessité d’élaborer un travail de prospective. Preuve en est, la gestion catastrophique et le cafouillage du gouvernement Essid à la suite des dernières contestions. Sans oublier la bataille de chiffonnier qui a fait imploser Nidaa Tounes et qui peut profiter à Jomâa. L’absence d’une personnalité présidentiable est également un avantage, un Marzouki aux abois mais qui fait tout pour revenir au pouvoir auquel il a goûté, ne pèsera pas devant l’ancien chef du gouvernement. Autant d’avantages qui peuvent profiter à Mehdi Jomâa.

Toutefois il demeure un candidat perçu comme trop élitiste, très proche du milieu des affaires et de l’establishment et détaché de la Tunisie profonde. On le voit plus parcourir les grandes villes européennes, américaines et du Golfe que visiter l’intérieur du pays. Ce n’est pas un homme de terrain, c’est le grand défaut de Mehdi Jomâa. Autre faiblesse, il s’entoure de technocrates, certains d’entre eux sont compétents mais dénués de tout sens politique, il ne sauront pas parler au peuple, interagir avec lui et s’identifier à lui. On a vu avec Habib Essid que son profil technocratique a atteint ses limites. De plus, si Jomâa persiste à tout faire pour plaire à Ghannouchi et pour attirer les grâces de son parti, il sera tributaire de leur volonté dans tout choix politique et ne bénéficiera d’aucune autonomie.

Autant d’avantages et de désavantages qui peuvent impulser ou nuire à un éventuel destin présidentiel. Ce qui est certain, c’est que Mehdi Jomâa jouera incontestablement un rôle politique de premier plan mais arrivera-t-il à Carthage? Qui vivra verra.

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top