Now Reading
Le confessionnal n°1 : “Je demande pardon à ma mère”

Le confessionnal n°1 : “Je demande pardon à ma mère”

Aujourd’hui un lecteur nous a envoyé une lettre , un témoignage qu’il voulait partager avec vous, une histoire extrêmement touchante et une leçon pour tous, car ils nous arrivent d’oublier à quel point c’est une chance d’avoir une mère . Ça sera la première de notre nouvelle série “Le confessionnal” .

“Bonjour,

il m’a fallu du temps pour trouver la première phrase, celle qui percute et qui vous empêchera de quitter des yeux ma lettre, que je jette comme une bouteille à la mer. Je veux que vous lisiez chaque mot, et que vous vous rappeliez de mon histoire, à chaque fois que l’envie vous prend d’élever la voix sur votre mère.

J’ai toujours été un enfant difficile, j’ai commencé à boire et à fumer très jeune, je viens d’une famille de classe moyenne, petite bourgeoisie de Manzah. Un parcours ordinaire sauf que je ne supportais pas l’autorité , mon père étant démissionnaire, c’est ma mère qui en prenait plein la tête au réveil, au déjeuner, au diner, il me semblait qu’elle était collante et étouffante.  Je pouvais même devenir méchant en lui faisant remarquer qu’elle n’avait pas d’amis, je demandais des plats particuliers à manger et si je n’aimais pas , je criais comme un con hystérique.

Il y a quelques jours, elle me regardait bizarrement, elle ne criait plus pour que je me réveille, me donnait de l’argent pour aller manger ce que je voulais dehors, ne m’obligeait plus à faire ceci ou cela, j’avais l’impression qu’elle n’était plus là, que je ne l’intéressais plus. Étant fils unique, je ne pouvais pas savoir si c’était par rapport à moi ou si elle se sentait pas bien . J’ai même, à un moment, apprécié la situation, et puis un soir je ne pouvais plus de manger dehors, je lui ai  demandé de me cuisiner un plat, elle refusa, j’ai commencé à crier, mon père est arrivé et m’a giflé.  La gifle ne m’avait pas fait mal, mais j’ai eu les larmes aux yeux, c’était la première fois que mon père réagissait .

je suis monté dans ma chambre, j’ai commencé à ramasser mes affaires , “zaama ” j’allais partir chez un pote et ne plus revenir, etc…en descendant je vois ma mère pleurer, bizarrement ça m’a tué de la voir pleurer, mon père lui disait : “arrêtes de pleurer Zeineb, c’est le “maktoub” . J’entre je demande ce qui se passe.

En m’annonçant la nouvelle j’ai senti un trou noir m’avaler au sol, je ne comprenais plus rien, ma mère était malade , gravement malade , un cancer que dieu vous préserve .

Qu’est ce que je faisais? qu’est ce que je lui ai fait subir? Pour qui je me prenais? je risque de la perdre aujourd’hui . Je risque de me perdre .

Je lui demande pardon pour ma bêtise, l’enfant gâté que j’ai été , crier sur elle c’était comme lui donner des gifles, c’est seulement aujourd’hui que je m’en rends compte. Je ne cris plus, mais je n’arrive pas à aller la voir pour m’excuser , j’ai honte . je vais lui montrer ce texte , ça sera mon pardon .

Ton fils qui t’aime.

Voilà pour le confessionnal d’aujourd’hui.

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top