Now Reading
Le profil technocratique de Habib Essid atteint ses limites

Le profil technocratique de Habib Essid atteint ses limites

Le 6 février prochain, Habib Essid bouclera sa première année à la Kasbah. Ça ne sera certainement pas un anniversaire des plus heureux car ce fut une année difficile et semée d’embûches.

La situation dans le pays a été marquée par la succession de grèves, de conflits sociaux et des revendications corporatistes, il y a eu les attentats terroristes, la crise du premier parti tunisien Nida Tounes et aujourd’hui les contestations qui secouent le pays depuis bientôt une semaine. Sans oublier le contexte régional qui complique la donne.

Toutefois, quiconque qui accepte une telle responsabilité politique sait pertinemment qu’il sera jugé sur ses résultats, la politique est une obligation de résultats a-t-on usage de dire. Or les événements qui secouent actuellement le pays montrent que rien n’a changé depuis une année, que rien n’a été réalisé concrètement pour faire ressentir aux Tunisiens que le pays bouge et qu’il y a une vraie volonté de changement. Pire, les décisions du gouvernement relèvent du cafouillage et de l’absence totale d’une vision claire et établie pour le développement régional. Toujours des solutions de facilité, ” du bricolage ” , ” des calmants ” mais les réformes de fond, les mesures percutantes et les idées novatrices peuvent attendre.

De ce fait, la question d’un éventuel remplacement de M.Essid se pose. Son profil technocratique, d’homme de l’administration qui est totalement étranger à la politique semble être un vrai handicap, son profil semble atteindre ses limites.

La Tunisie a besoin d’un vrai homme politique pour conduire son gouvernement et ce dernier doit se distinguer par sa compétence, sa vision et son courage. Car un homme politique bluffeur, sans aucune vision et qui recule devant épreuve, nous fera encore perdre beaucoup de temps.

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top