Now Reading
LE SABBAT الصباط : récit autour d’une origine par Dr Seif Karoui

LE SABBAT الصباط : récit autour d’une origine par Dr Seif Karoui

LE SABBAT الصباط

Quand on déambule dans la médina et au fur et à mesure qu’on s’enfonce dans ses entrailles, on traverse des passages voûtés. Ces conduits sont les “sabbats”. Ce mot aurait une origine Andalouse. Les maisons construites au dessus de ces vestibules couverts avaient pour principal objectif de permettre aux familles aisées d’agrandir leur demeure afin de garder leurs enfants une fois mariés auprès d’eux. L’émergence des premiers sabbats remonte à l’époque Hafside( 1228_1573).
Cette édification obeissait à des règles strictes parmi lesquelles: l’obtention d’une permission du juge des impots, le paiement d’une redevance pour exploiter l’espace séparant deux habitations, le respect d’une hauteur minimale qui permet le passage d’un dromadaire et enfin il était impératif d’avoir l’accord de son voisin.
Ces corridors offraient aux gens de l’ombre lors des étés caniculaires et les protégeaient des fortes pluies en hiver.
L’existence de ces chemins est intimement liée à des épisodes historiques, certains réels, d’autres légendaires qui ont jalonnés la vie des citadins.
Ainsi, le sabbat qui se trouve au siège du palais du gouvernement et qui donne sur le souk el bey permettait au souverain régnant de s’y installer la nuit du destin au mois de ramadhan. A travers sa fenêtre, il saluait ses sujets et les notables qui se précipitaient pour le voir.
L’histoire du sabbat l’aroussa adhère bien avec l’ambiance mysthique de l’époque. En effet, on raconte qu’une jeune fille, mariée de force à un homme qu’elle détestait aurait disparu au moment du passage du carosse nuptial dans un sabbat. La famille, pour sauver la face, prétendit que les djins l’avaient escamotée pour la soustraire à son mari. Le plus plausible cependant, est que la mariée, mettant à profit l’obscurité se soit enfuie avec son amoureux. Longtemps, cette histoire hanta les esprits. Les mamans interdisaient leurs rejetons de jouer dans ce sabbat de peur qu’ils ne soient avalés par l’obscurité à l’instar de l’infortunée mariée. Pour preuve les cris terrifiants de la mariée qui certaines nuits revenait assouvir sa vengeance en kidnappant les enfants.
Sabbat edhlem était comme son nom l’indique obscur. En son sein existait un bureau où d’après la légende, on y aurait torturé à mort des youssefistes à la fin des années cinquante.
Je ne peux pas terminer sans une note grivoise en vous parlant de sabbat ajam, à bab jedid, quartier des prostituées jusqu’au milieu du siècle dernier.
La ville arabe renferme d’autres mystères, chaque coin, chaque ruelle est une mine d’informations sur la vie des Tunisois dans le passé. La prochaine fois, je vous parlerai de l’histoire des bordels à travers les temps anciens et modernes

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top