Now Reading
L’engagement : lettre d’un homme tunisien aux Nations Unis par Tarek Lamouchi

L’engagement : lettre d’un homme tunisien aux Nations Unis par Tarek Lamouchi

Tarek Lamouchi, citoyen tunisien dont la plume se veut sarcastique mais tellement franche. Il nous explique l’art de l’engagement en Tunisie dans son blog.

Lettre envoyée par un homme tunisien 
Cher Mr le Secrétaire général des Nations Unis, Antonio Guterres


J’espère que ma lettre va vous trouver en bonne santé. Je sais pertinemment que vous êtes une personne très occupée et que dénoncer des choses prend beaucoup de votre temps mais je vous contacte pour vous informer d’une transgression des droits de l’homme qui est en train de se dérouler depuis des décennies et peut être des siècles sans que personne n’ose en parler. Cette transgression n’a d’égale dans l’histoire de l’humanité que le génocide de Rwanda ou les massacres des Arméniens par vous savez qui ou les meurtres commis par les Mongols lors de leur conquête du monde arabe et de l’Europe. Cette abomination contre les droits de milliers et des milliers d’hommes se passent ici sur cette terre de la Tunisie et ça s’appelle « الموسم ».
Mais permettez-moi tout d’abord de vous expliquer le concept parce que je vois vous essayer d’ouvrir grands vos yeux d’étonnement et vous n’y arrivez pas (c’est normal et ça n’a rien à voir avec le fait que vous êtes asiatique, dans le cas où vous pensez que c’est une blague raciste). 
Alors الموسم littéralement traduit par « la saison » est une coutume selon laquelle, dès qu’un homme s’engage officiellement avec une femme (officiellement veut dire fiançailles, le mariage c’est un engagement à perpétuité et on n’est pas encore arrivé là) , il est tenu, voire même obligé de lui apporter un cadeau à chaque occasion qui se présente. Vous allez me dire, c’est normal c’est sa fiancée et il peut lui donner des cadeaux, le contraire serait une aberration mais permettez-moi de vous expliquer davantage. En fait, quand je dis occasion, ça n’a rien à voir avec le couple, genre anniversaire de leur première rencontre, ou de leur premier baiser ou de leur première déclaration d’amour et tout ça. Non non, là on parle d’occasions « sociales » genre العيد الكبير ou العيد الصغير ou la fête de l’année (géorgienne et hégire s’il vous plait et si la famille est très open alors même l’année chinoise ça peut compter aussi), le ramadan, la naissance du prophète, la journée de l’arbre, la journée de la femme, la journée des singes du Ouistiti. Toutes les occasions sont bonnes pour donner des cadeaux. Et le pire c’est que ces cadeaux, tu ne les donne pas à ta dulcinée dans un restaurant chic avec un fond musical doux genre BB King ou Julio Iglesias. Non ça se passe chez elle devant toute sa famille ! Et sous le contrôle militaire de sa chère mère (ta future belle-mère), un contrôle aussi strict que celui des agents de l’ex KGB sur une personne qu’on soupçonne d’espionnage. La qualité et la quantité de cadeaux fait partie du processus d’évaluation que tu subis tout le temps pour prouver que oui, tu l’aimes et que oui, tu mérites de l’avoir comme épouse (à perpétuité). Le fond musical c’est généralement le générique du feuilleton turque que ta belle-mère est en train de suivre depuis des années et donc sous le rythme de indirim ich kindirim tu es là assis en train de prier ton dieu et celui des voisins et même le dieu des tribus de l’Amazonie pour que tu réussisses ton test. Il y aura toujours quelque chose qui ne plaira pas même si tu apportes les yeux des dragons de Khalissi. Ça fait partie de la stratégie. Ne jamais montrer au pauvre mec que ses cadeaux ont de la valeur même si ils dépassent les attentes. Tu seras toujours frustré après chaque réunion de « saison ». 
Parfois tu penses sérieusement à rater l’une de ces « saisons », de faire semblant d’oublier ou tout simplement de dire « fuck traditions, i m a rebel » mais tu renonces parce que tu n’es pas en mesure d’affronter la colère de ta fiancée qui peut se transformer brutalement en une Gorgone et te transformer en statut de pierre rien que par son regard. Et même si tu as de la chance et que ta fiancée est compréhensive, tu n’es pas prêt à affronter la colère cosmique de sa mère qui va se transformer en l’une des créatures de l’Univers de Lovecraft. Alors tu suis les règles et tu amènes des cadeaux. Fais attention à faire le con et amener des trucs genre fleurs et chocolat. Il faut que ça brille, il faut que ça soit de l’or et il faut que se porte (ou se vend chez un bijoutier ou au marché noir).
Il faut faire attention aussi lors du choix de la fille avec qui tu vas t’engager officiellement parce que ça va influencer aussi les montants que tu vas dépenser. Dans certaines régions (non je ne vais pas les mentionner) ça peut aller même à son poids en bijoux (tu préfères dans ce cas une fille anorexique mais non tu n’auras qu’une fille qui dépasse les 70 kilos).
Je ne peux pas bien sûr ne pas mentionner « الجهاز » ou comme on le prononce dans notre beau dialecte tunisien « الزهاز ». Ça c’est un autre truc abstrait qui a été inventé rein que pour torturer psychologiquement les hommes. Quelle est la putain d’utilité de donner à ta future femme des trucs genre 50 coussins de différentes tailles, 100 fourchettes, 200 couteaux, 300 verres allant de celui d’un shoot de vodka jusqu’au chop de bière ? Quelle est l’utilité de lui apporter 1290 types de couvertures pour le lit, 3560 tapis, sans oublier les fruits et légumes, la viande, les fruits secs (tu as l’impression d’apporter des aides humanitaires aux pauvres gens du Népal après un séisme dévastateur). Est-ce que ça se passe comme ça aussi en Alaska, genre l’homme esquimau qui fait un cortège de traineaux tirées par les huskys avec plein de coussins et de tapis ?
Tu dois aussi et à chaque occasion qui se présente jouer un rôle que toi en tant qu’homme saint d’esprit tu détestes ; tu dois jouer l’animal social. Tu dois appeler la famille de ta fiancée pour leur souhaiter un bon ramadan, un joyeux noël, une bonne rentrée scolaire. Tu dois assister à toutes leurs fêtes et cérémonies du mariage du cousin de la femme de l’oncle de ta fiancée jusqu’ç la circoncision du fils (ou fille) du voisin du neveu du grand père de ta fiancée. Tu ne dois rien rater et tu dois être présentable, sympathique, souriant, tu dois communiquer avec des gens que tu ne connais jamais et que probablement tu ne vas rencontrer jamais par la suite. Mais tout ça, c’est le prix à payer pour un engagement officiel. 
Tu as tellement l’impression que tu es sous le regard des gens que même quand tu es dans les toilettes en train de chier après un très bon kafteji plein de microbes, tu souris au cas où.
Voilà Mr Ban Ki Moon, je vous demande d’envoyer une commission spéciale des Nations Unis composées d’inspecteurs pareil à ceux que vous avez envoyé en Irak ou en Syrie pour enquêter sur ce massacre qui dure depuis des siècles sous silence et avec le consentement des gouvernements successifs. 
La prochaine fois je vous parlerais peut être du mariage. Si je suis encore en vie.

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top