Now Reading
Les 10 profils que l’on retrouve lors d’un repas familial

Les 10 profils que l’on retrouve lors d’un repas familial

La famille, c’est sacré ! Pas question de louper le déjeuner dominical chez Mamie. Prétextes aux retrouvailles entre membres d’une même lignée, ces moments privilégiés débordent d’émotions parfois contradictoires : il y a les petits qui s’ennuient, les jeunes qui rêvassent, les plus âgés qui partent en roue libre …

Le dimanche c’est aussi l’odeur du couscous qui embaume la cuisine, l’encens qui parfume le salon et 10 profils typiques qui entourent la table du déjeuner familial. Parmi eux :

1/ Le doyen, le chef de famille

C’est souvent le grand père.

 Assis sur son trône, il regarde les infos à la télé. Tout le monde lui parle d’une manière très spéciale à cause de son problème auditif ainsi que le son très fort de la télé. Papi n’aime pas trop parler mais il ne faut pas croire qu’il ne nous aime pas.

2/ La chef de famille

Mamie prend la relève après grand-papa. Elle fait de son mieux pour réunir toute la famille autour d’elle. Elle aime tellement ses petits enfants qu’elle passe son temps à les goinfrer. La légende raconte d’ailleurs qu’une grand-mère a cessé de servir après un « non merci ».

Quand grand-Mamie veut nous appeler par notre prénom, elle commence par faire le listing de tous les prénoms masculins et féminins de la famille pour enfin arriver à deviner le notre.

A chaque repas de famille on retrouve également :

3/ Le donneur de leçons

Généralement c’est le grand oncle. Dès qu’i entame son premier verre, il commence à nous donner des leçons de vie tel un grand philosophe. En même temps c’est normal, c’est l’alcool qui parle. Peut-être qu’il fait un monologue, vu que sa femme pendant toute la semaine  passée n’a pas arrêté de parler ou plutôt de se plaindre, qu’il n’a pas eu un moment de répit pour pouvoir s’exprimer.

4/ La cocotte-minute

Dés qu’elle franchit la porte, elle se met en mode «  je dois parler sans jamais m’arrêter.»

Elle parlera de ses enfants, de son mari, de sa belle famille, de sa voisine de palier et même de l’esthéticienne de la cousine de sa copine, pour enfin se retourner vers nous et nous attaquer avec ses questions de « tssa9ssiya » : « Andik chkoun ? » « bint/ weld chkoun ? » « Alors c’est pour quand le mariage ? Il est temps. »

5/ L’analyste

Il se plait à l’analyse du foot et de la politique. Il pense toujours avoir raison et  n’aime pas qu’on le contredise. Avec lui ça finit toujours en embrouille. On préfère donc répondre aux questions de la tante « cocotte minute » que de continuer la discussion avec lui.

6/ Le malade imaginaire

Il vaut mieux éviter de demander de ses nouvelles. Cette personne nous donne l’impression d’être dans la salle d’attente du médecin de famille. Avec son taux légèrement élevé de cholestérol, ses douleurs aux jambes et son mal de dos, elle nous fait croire que la fin est proche.

7/ La maniaque

Généralement c’est la tante ainée, elle ne veut pas voir sa maman tout gérer et surtout se fatiguer. Elle prépare la table, fait la vaisselle, un coup de serpillière par ci, un petit coup de rangement par là, on la voit qu’au moment du déjeuner (et encore) …

8/ L’hyperactif

C’est souvent le petit cousin. Il court, saute et grimpe partout, en se prenant pour Spiderman.

Le petit gamin adore couper la parole aux autres mais surtout à celle de sa mère qui est en train de casser du sucre sur le dos des autres avec ses sœurs dans la cuisine. Il n’arrêtera pas de la harceler juste pour lui montrer comment il sait imiter le son de l’hélicoptère.

9/ Le geek

Le  cousin ado ne quittera jamais sa dulcinée (son smaartphone) à qui il a promis une union à vie.

Assis dans son petit coin, il ne dérange personne. En mode code binaire, il ne répond que par oui ou par non.

10/ Vous

Les repas de famille, que vous les aimiez un peu, beaucoup ou pas du tout (tout dépend des participants) vous faites de votre mieux pour survivre à cette épreuve sans commettre un homicide volontaire, ni choper un ulcère.

En fin de journée et une fois le repas terminé, les membres de la famille filent à l’arabe, c’est-à-dire qu’ils disent au revoir sans partir, contrairement aux anglais qui partent sans dire au revoir.

©Emna Dash

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top