Now Reading
Les 9 films tunisiens à voir absolument

Les 9 films tunisiens à voir absolument

Nos artistes tunisiens ont du talent c’est indéniable. Nous avons concocté pour vous une sélection des meilleurs films tunisiens, histoire d’oublier cette période tendue le temps d’un film et de garder en tête que notre pays nous offre le meilleur, y compris en matière de 7ème art.

1) Halfaouine, l’enfant des terrasses (Asfour stah)

Célèbre film tunisien réalisé par Ferid Boughdir en 1990. C’est l’histoire du jeune Noura vivant dans le quartier d’El Halfaouine, divisé entre plusieurs mondes : celui des hommes dans les rues, celui des femmes avec lesquelles, en dépit de sa puberté qui approche, il partage encore le Hammam, et celui de son imaginaire, lourd des craintes du passage à la vie d’adulte.

2) Un été à la goulette

Réalisé en 1996 toujours par Férid Boughdir, le film nous emmène pendant l’été 1966, peu avant la guerre des Six Jours avec, comme personnages, Youssef le musulman, Jojo le juif, et Giuseppe le catholique. Ces inséparables amis vivent avec leur famille dans le même immeubleà la Goulette, dans une ambiance joviale et amicale. Jusqu’au jour où chacune de leurs filles, Meriem la musulmane, Gigi la juive et Tina la catholique, inséparables comme leurs pères, décident de perdre leur virginité avant le 15 août avec un garçon d’une autre religion que la leur. La première tentative, le jour du mariage de la fille aînée de Jojo, tourne court à la suite de l’intervention des pères alertés.

3) La graine et le mulet 

Ce film a été réalisé par Abdellatif Kechiche . L’histoire se déroule à Sète (une commune en France), où monsieur Beiji, père de famille divorcé, 61 ans, se retrouve au chômage. Avec son indemnité de licenciement, il envisage de réaliser son rêve : ouvrir un restaurant sur un vieux bateau. Ce projet nécessitera l’aide de son ancienne et de sa nouvelle famille ainsi que de ses amis. Le rêve est proche, ou presque…

4) Satin rouge 

Réalisé en 2002 par Raja Amari, ce film nous emmène dans l’univers de Lilia, une «femme rangée» et une mère ordinaire. Elle vit à Tunis avec sa fille Salma, une adolescente qu’elle élève seule depuis la mort de son mari. Un soir, elle se hasarde dans un cabaret et elle y prend goût…

5) Rih essed (L’homme des cendres) 

C’est l’œuvre de Nouri Bouzid datant de 1986. Ce film traite du harcèlement sexuel et de l’homosexualité. Il porte sur les garçons de la classe ouvrière qui grandissent à Tunis. Le personnage principal, un apprenti charpentier, s’apprête à célébrer son mariage. Mais voilà, il garde un terrible et lourd secret: il est victime d’abus sexuels par le menuisier du quartier. Son secret est menacé d’être dévoilé.

6) Les silences du palais (Samt el qusur) 

C’est un film que l’on doit à Moufida Tlatli, sorti en 1994. A l’occasion de la mort du prince Sid’Ali, Alia, une jeune chanteuse, replonge brusquement dans son passé et retourne visiter le palais de son enfance où elle est née d’une mère, servante du Bey et d’un père inconnu.

7) A peine j’ouvre les yeux 

Ce film encore tout frais de Leyla Bouzid est sorti en décembre 2015. Nous sommes à Tunis, été 2010, quelques mois avant la Révolution, Farah, 18 ans, passe son bac. Sa famille l’imagine déjà médecin, mais elle n’entend pas les choses de la même manière.

8) Les frontières du ciel (Chbabek el jana)

Avec son premier long-métrage de fiction, Fares Naânaa nous plonge dans la descente aux enfers d’un couple ordinaire sur lequel pèse le poids de la société, de la culpabilité et de la mort. Sami et Sara, tunisiens, sont mariés depuis dix ans. Elle est enseignante, lui architecte. Ils menaient une vie paisible et semblaient heureux, avant qu’un drame ne se produise…

9) Thalathoun

On doit la réalisation de ce film à Fadhel Jaziri, en 2007. Les événements du film se passent dans la Tunisie des années 1930, plus précisément de 1924 à 1934. Ils relatent l’histoire de trois mythes de l’histoire tunisienne : Tahar Haddad, l’un des précurseurs des droits de l’homme, de la liberté et de l’émancipation de la femme tunisienne, Mohamed Ali El Hammi, fondateur du premier mouvement syndical tunisien et Abou el Kacem Chebbi, considéré comme le réformateur de la poésie tunisienne. Dans un contexte politique très agité, avec un peuple en lutte pour l’indépendance, le film relate la confrontation entre esprits réformateurs et esprits conservateurs.

Y.B

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top