Now Reading
Tunisie : Les émeutes du pain de 1984

Tunisie : Les émeutes du pain de 1984

A la fin de l’année 1983, la baisse des prix du pétrole a fait chuter les recettes de l’état tunisien, déjà aux prises avec une hausse des dépenses. Pour contrer l’augmentation de la dette et stabiliser l’économie, le gouvernement tunisien, suite à une demande du FMI (Fonds Monétaire International), décida d’augmenter les prix du pain (80%) ainsi que les pâtes et semoule (70%), qui constituent la nourriture de base d’une énorme partie de la population la plus défavorisée. En Janvier, la baguette de pain qui coutait 80 millimes s’est retrouvée à 150 millimes.

pain-emeutes-tunisie

La colère éclata dans le sud de la Tunisie, d’abord à Douz puis Kébili, El Hamma, Gabès et Kasserine. Puis elle s’est étendue dans le nord où les jeunes ont manifesté en solidarité avec ceux du Sud. Les émeutiers étaient essentiellement des jeunes et des paysans pauvres, des travailleurs saisonniers ou des chômeurs.

Ils étaient appuyés par les étudiants qui ont déclenché une grève générale sur tout le pays. Les voitures ont été brulées, les magasins pillés, tout ce qui appartenait à l’état, y compris la voiture de Bourguiba lui même a Monastir, sa ville natale.

hqdefault

Devant la révolte, le pouvoir a été surpris et désorienté. Bourguiba s’apprêtait aux festivités du cinquantenaire du parti. Le couvre feu a été décrété et l’armée est intervenue.

La répression a été féroce, plus de 150 morts et des centaines de blessés.

Bourguiba, mesurant l’étendue de la réaction populaire, décida d’annuler les augmentations et déclara le 6 Janvier 1984 :

« Toutes les augmentations sont annulées. Que dieu bénisse le peuple tunisien »

Une semaine plus tard, le président renvoie Idriss Guiga, le ministre de l’intérieur, blâmé pour sa gestion des troubles.

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top