Now Reading
L’essentiel du discours du 10 Mai 2017 de Béji Caid Essebssi

L’essentiel du discours du 10 Mai 2017 de Béji Caid Essebssi

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi a prononcé, ce mercredi 10 mai 2017, un discours au palais des congrès de Tunis. En voici les grandes lignes :

 

La Tunisie a vécu une révolution menée par une jeunesse non encadrée et sans aucune orientation idéologique.

 

Cette révolution a permis la réalisation de plusieurs acquis, notamment, en termes de libertés, ainsi que la tenue d’élections libres et transparentes. Cette démarche démocratique a conféré à la Tunisie un rayonnement international.

-La démarche démocratique en Tunisie est sérieusement menacée.

-Il y a des partis influents qui ont régressé sur la scène nationale, et d’autres qui n’existaient pas, qui ont avancé. Ce sont les règles de la démocratie.

-Cependant, il y a des élections à venir. Elles vont se tenir aux dates qui leur ont été fixées.

Lorsque des lois sont devant l’assemblée, et que des gens descendent dans les rues pour contester et appeler à la désobéissance civile. Je n’accepte pas qu’on ait plus confiance dans le pouvoir législatif, ainsi la démarche démocratique est menacée.

Le président de l’ISIE m’a appelé vers 14h pour m’informer de sa démission. Je lui ai dit que j’ai appris cette nouvelle. Tu aurais pu m’en parler avant.

-Je refuse l’idée des élections anticipées et je ne renoncerai pas à l’Accord de Carthage. Je reste pour l’Union nationale.

-Vous devez aider les personnes qui ont été élues, au lieu de creuser dans le passé. L’avenir est plus important.

La Tunisie est devant plusieurs défis. Nous ne pouvons les remporter que si nous sommes unis et solidaires.

-Les manifestations ne sont pas, toutes, légales. Ceux qui veulent protester doivent le faire dans le cadre de la loi, et non en bloquant la production et les routes.

Pour toutes ces considérations, l’armée protègera les sites sensibles et de production. Cependant, je tiens à mettre en garde, que l’armée sera ferme dans sa mission.

Les sit-inneurs d’El Kamour peuvent y rester tant qu’ils veulent, et l’Etat les protégera s’il le faut. Mais leur revendications sont impossibles à réaliser.

L’Etat tunisien est basé sur l’administration. C’est cette administration qui a sauvé le pays en 2011. Je tiens à préciser qu’en 2011, nous avons même financé Tripoli.

L’investissement est primordial pour assurer le développement.

Les agents de l’administration ne peuvent plus agir. Ils ont peur d’exécuter les ordres. Les projets sont ainsi bloqués.

Seriez-vous les seuls patriotes ? Nous avons tous milité pour la Tunisie ! (à propos des sit-inneurs d’El Kamour)

-Même si les sit-inneurs d’El Kamour sont dans leur droit, on ne peut pas applaudir leur action. Il est inadmissible de bloquer les routes et la production.

-Les indices de croissance sont en train de s’améliorer progressivement. L’Etat est en train d’accomplir son devoir comme il se doit.

-Le FMI va nous soutenir parce qu’il veut nous encourager dans notre démarche.

-Ainsi, nous avons décidé que l’armée assurera la protection des sites sensibles. Le blocage des routes ne sera plus accepté. Je tiens à rappeler que nous luttons contre le terrorisme.

-Nous avons décidé la restructuration du ministère de l’intérieur. Il faut respecter les forces de l’ordre et ne pas éparpiller leurs efforts.
 
 
-Je pardonne tous ceux m’ont porté atteinte. Je suis croyant et musulman.
 
 
-La Tunisie a besoin de tous ses hommes et ses femmes. Et heureusement qu’elle a de telles femmes !

 

©Business News

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top