Now Reading
Lettre à ma fille…”j’espère que vous ne vivrez pas la division qui nous accable”

Lettre à ma fille…”j’espère que vous ne vivrez pas la division qui nous accable”

Cette lettre a été écrite en août 2013, serment à ma fille ! pour ne jamais oublier notre histoire et par quoi est passé la Tunisie !

“Comme presque chaque matin , cette envie de se réveiller et d’entamer une belle journée n’est plus. Angoisse, tristesse et incompréhension sont un plat quotidien désormais. Il ne s’agit guère d’une dramatisation, d’un défaitisme incurable ou d’une immuabilité innée, c’est plutôt une reviviscence d’un deuil qu’on refuse de “solver”, une plaie qui , à peine cicatrisée, elle vient à être ravivée d’avantage et d’un seul coup.

Certes ce que j’écris est aussi bien morose qu’énigmatique mais fallait bien laisser quelque chose au futur, qui , on le sait tous, adviendra mais reste inconnue.

Ce pays ma grande est une terre bénite dont l’amour est plus fort qu’un amour pour une mère, pour un homme. Quand l’amour de la patrie se proclame, aucun sentiment humain ne compte , seule l’omnipotence nationale est due. Cet amour , vois tu ma fille, est inaliénable, invendable et inviolable et ceux qui se pérennisent à le soustraire , à le diviser ou à le mettre sous une racine dogmatique de tout front se voueront à l’échec un jour ou l’autre.

Les méandres d’une politique post révolutionnaire sont à leur acmé car on dépend en ce moment de l’adage qui dit qu’à chaque jour suffit sa peine. On est gouverné par des personnes dont le sens moral est anéanti, aucune considération n’est valable à part celle du sacro saint pouvoir, du moins une illusion du pouvoir, qu’on arrache à la source même pour le radicaliser dans une institution pourrie jusqu’à la moelle. Le persécuté fut persécuteur bien des années après.

Des hommes sont morts ma petite , pour avoir clamé haut et fort ce que personne n’ose plaider, des hommes ont étés meurtris , éliminés parce qu’ils ont leur sort entre les mains de colosses aux pieds d’argile, une sorte de gang d’incompétents aussi stériles que répugnants.

Aujourd’hui, on a enterré l’âge de sérénité ma fille, on ne cesse d’enchaîner les tentatives pour terroriser les gens, les terrer dans une peur handicapante pour monopoliser la scène sociale et par conséquent politique. Et pour tout te dire, personne ne détient la vérité même le plus avant gardiste parmi nous. Seulement , la panique est devenu ce luxe qu’on ne peut s’offrir, ça sera alors signer son arrêt de mort à la Tunisie.

Les gouvernants actuels opèrent en intra-veineux pour rompre les rangs de la ferveur patriotique et irradier toutes les structures du pays. Le “diviser pour mieux régner” n’a jamais été aussi haineux et sanguinaire. Ce qui est malheureux, c’est que sur une grande place à Tunis , il y a désormais nous et il y’a tous les autres , ce grand autre Tunisien mais hélas ennemi.

L’air devient irrespirable !

Ils essaient tant bien que mal de plomber le moral et la volonté de toute une génération qui porte le pays dans le cœur et à ce stade là on ne sait plus à quel saint se vouer avec autant de frustrations et de thèse/ anti-thèse qui fusent de partout dans un climat politique vertigineux.

Cependant la lueur d’espoir reste animée parce que le Tunisien sait renaître de ces cendres. La réforme doit toucher aux structures les plus profondes comme l’éducation des générations futures. Les mouvements protestataires du 14 janvier, les mouvances d’un certain juillet 2013 écrivent l’histoire de la Tunisie et le peuple aura des années en avant pour déraciner un Totem dogmatique et braver tous les tabous.

Ma grande, j’espère que vous ne vivrez pas la division qui nous accable, que vous n’aurez pas à déloger un incapable d’un grand palais ni des pseudo-députés d’une assemblée. J’espère qu’une femme comme toi pourrait tracer son chemin sans avoir à sacrifier sa sécurité pour ses libertés. J’espère qu’on pourra reconnaître que seul le peuple est maître de son destin, un destin digne et prospère.

Ce que j’espère par dessus tout, c’est que tu sois cette femme intelligente, courageuse et aimante. Une femme qui instruit par sa façon d’être , car vois tu la femme est la première étincelle pour tout mouvement révolutionnaire.”

Astarté

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top