Now Reading
Lutter contre Daesh passe d’abord par la culture.

Lutter contre Daesh passe d’abord par la culture.

Lutter contre le radicalisme de Daesh passe d’abord par nous, états où la majorité des citoyens est de confession musulmane. Etats, où aussi, est traité de terroriste n’importe quelle personne pratiquante ou pieuse. Il devient nécessaire de ne plus associer l’islamisme à l’islam dès que quelqu’un s’intéresse de près ou de loin  à cette religion, il faut encourager nos jeunes à mieux connaître l’islam dans le but de rejeter toute forme de radicalisme.

Daesh est-elle une représentation concrète de l’islam ou une simple caricature terrifiante? Les réponses n’en finissent pas et les avis fusent de partout, tant sur le plan politique que sociétal.

A en croire la pensée collective, la pensée méfiante, l’état islamique est composé de musulmans, uniquement de musulmans, qui citent des versets coraniques, qui ont comme référence le Coran et qui commettent des cruautés au nom de l’islam. Ils tuent, décapitent, violent, et démolissent des lieux de culte et toute trace de civilisation sur terre dont les monuments historiques. Des faits, non sans précédent historique, puisqu’ils qui remontent au passé islamique diraient certains, mais qui refont surface au 21 ème siècle.

Un raisonnement à priori logique, sauf qu’il est primordial de ne pas oublier un détail très important : le passé.

Ce n’est pas parce qu’une chose a appartenu au passé qu’elle est nécessairement authentique ou vraie. Le passé que ressuscite Daesh en ce moment, n’est pas l’islam d’aujourd’hui et est loin d’être l’islam des musulmans de notre époque.

L’islam de Daesh est, en réalité, un simple épisode du passé islamique qui est désormais très très loin des pratiques et des croyances d’aujourd’hui. Plus précisément, c’est la copie conforme des Khâridjites, protestants de l’islam au 7 ème siècle, qui incarnaient tout à la fois la révolte sociale, l’insurrection politique et l’intransigeance religieuse. Ils ne reconnaissaient plus la légitimité de l’autorité à laquelle ils devaient se soumettre et contestaient de façon radicale le système politique des pays dont ils étaient résidents.

81ab928479aca17811a9d7f097114d16

Fanatisme récurrent et position de rebelles, pas besoin d’un dessein pour comprendre que les khâridjites sont le Daesh d’aujourd’hui, un “état” qui s’est auto-désigné comme le foyer de l’islam composé uniquement de musulmans intransigeants avec la morale. Et tout comme les Khâridjites, les terroristes de Daesh estiment légitime de tuer tout ceux qu’ils considèrent comme infidèles ou mécréants y compris les musulmans qui ne partagent pas leurs idées.

Reconnaître l’islam ne veut pas dire reconnaître Daesh. Il faudrait plutôt renouveler la réflexion personnelle sur l’islam, connaître mieux sa religion et canaliser dans la bonne direction les vertus recommandées par cette dernière sans enfreindre les principes démocratiques érigées par le pays dans lequel nous vivons. Il faudrait familiariser les jeunes avec notre histoire afin qu’ils sachent comment celle-ci a formé notre société actuelle, pourquoi on fête le “Mouled”, “Ras El aam El Hejri”..

Une société qui ignore son histoire et l’histoire de sa religion est comme un arbre sans racines.

 

©AC

 

 

 

 

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top