Now Reading
Pendant que je parle, le temps fuit.

Pendant que je parle, le temps fuit.

Je dors 8h par jour. Je passe donc le tiers de ma vie à dormir. J’ai 60 ans et j’ai passé 20 longues années au lit.

L’autre tiers ? Je le passe à travailler, à gagner de l’argent, à construire une maison et à collectionner les achats inutiles.

Le résumé de ma vie en 3 mots ? Argent, travail, réussite.

Tout à l’heure, au bureau (parce que oui, je travaille aussi le samedi) je surfais sur le net et je suis tombé sur ce petit texte : “Imaginez que chaque matin, une banque vous ouvre un compte de 86400 Dinars. Simplement, il y a deux règles à respecter. La première règle est que tout ce que vous n’avez pas dépensé dans la journée vous est enlevé le soir. Vous ne pouvez pas tricher, vous ne pouvez pas virer cet argent sur un autre compte, vous ne pouvez que le dépenser. Mais chaque matin au réveil, la banque vous rouvre un nouveau compte, avec à nouveau 86400 dinars pour la journée. Deuxième règle : la banque peut interrompre ce « jeu » sans préavis ; à n’importe quel moment elle peut vous dire que c’est fini, qu’elle ferme le compte et qu’il n’y en aura pas d’autre. Que feriez-vous ? A mon avis, vous dépenseriez chaque dinar à vous faire plaisir, et à offrir quantité de cadeaux aux gens que vous aimez. Vous feriez en sorte d’utiliser chaque dinar pour apporter du bonheur dans votre vie et dans celle de ceux qui vous entourent. Cette banque magique, nous l’avons tous, c’est le temps ! Chaque matin, au réveil, nous sommes crédités de 86400 secondes de vie pour la journée, et lorsque nous nous endormons le soir, il n’y a pas de report. Ce qui n’a pas été vécu dans la journée est perdu, hier vient de passer. Chaque matin, cette magie recommence. Nous jouons avec cette règle incontournable : la banque peut fermer notre compte à n’importe quel moment, sans aucun préavis. A tout moment, la vie peut s’arrêter. Alors… que faisons-nous de nos 86400 secondes quotidiennes ?”

Le choc. 86400 secondes, 1440 minutes et 24 heures à perdre du temps. Ma famille ? Mes amis ? Mes rêves de jeunesse ? Le tour du monde que je souhaitais faire avec ma femme ? Envolés, morts et enterrés.

Si je meurs demain, à quoi servirait tout cet argent que j’ai mis de côté pendant toutes ces années ? Quels souvenirs garderont mes enfants ? Qu-ai je fait de la vie de ma femme ? Moi qui lui disais que mon amour lui serait éternel et que même après des années de vie commune, rien ne changera.

Pour ne rien vous cacher, je suis devenu une machine à sous. Une sorte de portefeuille humain.

J’ai 60 ans et je peux mourir maintenant.

Ce soir, j’irai dîner avec ma femme. Demain je passerai la journée avec mes enfants. Demain j’appellerai ma mère, je lui rendrai visite. Demain, je dirai à Mehdi mon fils que je l’aime, je dirai à Sarra qu’elle est belle et qu’elle est réussira dans la vie. Ce soir, j’emmènerai ma femme à la Goulette, là où on s’est connus, je la remercierai de m’avoir supporté pendant ces 34 années et je lui dirai  à quel point je suis encore fou amoureux d’elle.

Aujourd’hui, j’ai décidé de changer, en espérant ne pas mourir avec mes regrets.

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top