Now Reading
Photos : La Tunisie comme vous ne l’avez jamais vue

Photos : La Tunisie comme vous ne l’avez jamais vue

Avec une hauteur d’homme, il est parfois difficile de se rendre compte à quel point nos paysages tunisiens sont époustouflants. C’est pour cela que nous vous proposons cette série de photos de la Tunisie vue du ciel, prises par le fameux photographe et reporter Yann Arthus-Bertrand. A travers ses clichés, ce passionné de photographie et d’espaces naturels arrive nous montrer à quel point la Tunisie est riche en paysages et beautés de la nature. Alors qui a dit que notre pays n’est pas un des plus beaux au monde ? 

1) Nouvelles plantations d’oliviers, Gouvernorat de Zaghouan

Les plantations d’oliviers sont effectuées sur des terres labourables, souvent sur des franges de relief comme ici au pied du Djebel Zaghouan (1 295 m), au nord-est. Originaire du pourtour méditerranéen qui concentre encore aujourd’hui 90 % des oliviers de la planète, cet arbre, symbole de paix, peut vivre plus de 1 000 ans.

 

1

 

 

2) El-Jem, Gouvernorat de Mahdia

L’amphithéâtre, qui date sans doute du début du IIIesiècle, est célèbre par ses dimensions (148 m de long, 124 m de large et 427 m de périmètre) et par son état de conservation. L’ancienne cité romaine de Thysdrus s’était auparavant contentée d’un amphithéâtre taillé à même le tuf dont on peut visiter les ruines. L’accroissement de sa population, qui atteignit probablement plusieurs dizaines de milliers d’habitants au IIe-IIIe siècle, et son enrichissement grâce à la culture de l’olivier, exigèrent la construction de cet édifice prestigieux dont l’architecture s’apparente à celle du Colisée romain.

 

el jem

 

3) Cimetière américain de Tunis

Plus de 2800 soldats américains sont enterrés dans le cimetière historique de Tunis, dont 240 n’ont jamais été identifiés.

3

 

 

4) Agriculture près de la ville de Hammamet, Gouvernorat de Nabeul

Le nord-est de la Tunisie possède une longue tradition en matière d’irrigation et de culture selon les courbes de niveau. En effet, notre pays consacre 30 à 40 % des investissements agricoles à la mise en place d’une importante infrastructure de mobilisation, de transfert et de distribution des eaux.

 

 

1

 

5) Marché à Kasserine

Dans le centre ouest du pays, on vend sur ce marché local des vêtements et des tissus. En Tunisie, plus de 200 000 personnes vivent directement de l’industrie textile. La plupart des matières premières sont importées, notamment le coton, première fibre textile utilisée dans le monde.

 

1

 

 

6) Vallée des Ksour, entre Matmata et Tataouine, Gouvernorat de Tataouine

Les “ksour” ou “ksar” désignent des forteresse berbères typiques du Sud tunisiens. Repliées sur une cour intérieure et protégées par un mur d’enceinte parfois haut de 10m, elles étaient bâties sur les reliefs pour se protéger des assaillants. Elles témoignent de la longue résistance des Berbères à l’invasion arabe entre le VIIe et le XIIe siècle.

 

1

 

7) Marabouts dans le Jebel Krefane, Gouvernorat de Tozeur

Le Marabout renvoie à l’origine au murabit, moine guerrier vivant dans un couvent fortifié (ou ribat). Puis il en vient à désigner un personnage qui s’est illustré par sa piété, sa charité, sa science religieuse ou ses dons de guérisseur. Le terme s’applique aussi à son mausolée, lieu de pèlerinage où les adeptes viennent le vénérer par des cérémonies chantées et dansées. Aujourd’hui, les marabouts ont conservé une grande influence spirituelle en Tunisie.

 

1

 

 

8) Habitations troglodytiques de la cité de Matmata, Gouvernorat de Gabès

En même temps que certains Berbères de la Tunisie méridionale se réfugiaient sur les hauteurs, d’autres s’enfoncèrent dans un trou (étymologiquement du grec trôglodutês), pour se protéger des différentes invasions et de la dureté du climat. Dans la cité souterraine de Matmata, où selon le proverbe “les vivants vivent sous les morts”, on accède par un tunnel à une cour en forme de puits circulaire sur laquelle s’ouvrent des dépendances et, sur un ou deux niveaux, les chambres creusées latéralement, sont complètement isothermes.

 

1

 

 

9) Lagune sur l’île de Djerba, Gouvernorat de Médenine

La basse et plate Djerba (le point culminant est à 50 m au-dessus du niveau de la mer) n’est autre que l’ancienne Méninx phénicienne puis romaine, et surtout la mythique “île des Lotophages” qu’Ulysse ne quitta qu’à contrecœur. En dépit de fréquentes incursions étrangères, la population compte l’une des plus anciennes communautés juives de l’Afrique maghrébine. Haut lieu du tourisme tunisien, disposant d’un aéroport international et d’une digue routière qui la relie au continent, Djerba est devenue une usine à loisirs tandis que ses activités traditionnelles (pêche, culture irriguée) stagnent.

 

1

 

10) Delta et rivière de pétrole dans le désert

Naturellement confiné entre deux couches de roches, l’or noir ne devrait pas former de rivières à la surface de notre planète. à moins qu’il ne s’échappe d’un oléoduc, comme ici au milieu du désert tunisien.

 

1

 

11) Oasis de Kebili, Nefzaoua

Kebili est la principale oasis du Nefzaoua, dans le Sud tunisien. Cernée par les sables, cette zone fertile est irriguée comme toutes les oasis par un affleurement de la nappe phréatique qui donne naissance à de nombreuses sources. L’exploitation des eaux souterraines à l’aide de motopompes a transformé la steppe prédésertique en un espace agricole moderne, avec multiplication des périmètres irrigués.

 

1

 

12) Pêche traditionnelle au large du golfe de Gabès

Une flèche indique la direction à prendre pour rejoindre les pêcheurs. Les poissons la suivent, sans se douter que le chemin, tracé par des feuilles de palmiers, les mène tout droit dans l’une des cages de ce piège appelé charfia. Depuis le XVIIe siècle, les concessions où ce type de dispositif est installé sont transmises de génération en génération.

 

1

 

 

Crédit Photo : Yann Arthus Bertrand

Pour découvrir d’autres photos de ce photographe, c’est par ici que ça se passe : http://www.yannarthusbertrand2.org/ 

 

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top