Now Reading
Saida Manoubia, la femme qui priait aux côtés des hommes

Saida Manoubia, la femme qui priait aux côtés des hommes

Lella Manoubia ou Saïda Manoubia, de son vrai nom Aïcha Manoubia est née vers 1180 à La Manouba . Lella Manoubia vit une enfance paisible. Son père, qui veille à l’instruire, la confie à l’enseignement coranique. Très vite, elle fait preuve d’élans mystiques et désire mieux connaitre les mystères de l’islam.

À l’âge de 9 ans, elle est très différente des autres enfants: elle montre des élans soufis. Elle s’isole des gens et se réfugie dans les vastes champs pour méditer  c’est une enfant prodige mais on la considère comme anormale et plus tard on la traitera de folle.

Elle se lie alors avec Abou Hassan al-Chadhili. La réaction du père et de la société de l’époque ne se fait pas attendre : elle doit mettre un terme à ces « promenades douteuses ». La décision du père est d’autant plus urgente qu’un scandale a éclaté et que la beauté de la jeune fille suscite la convoitise. Elle se révolte contre l’autorité de sa famille en refusant des épousailles forcées et quitte le foyer pour Tunis puis vers de multiples endroits qui la conduisent loin de la capitale. Elle se consacre à la science, à la méditation et à l’action en faveur des droits de la femme.

n-MAUSOLE-large570

Le soufisme de terrain contre le wahabisme :

Elle traverse Tunis « pauvrement vêtue et le visage découvert, n’hésitant pas à converser publiquement avec les hommes ». Elle travaille pour gagner sa vie et pratique l’aumône, partageant ses maigres ressources avec les femmes en détresse qu’elle soutient et réconforte par sa charité et sa spiritualité. Elle se rendait dans les tavernes pour prêcher la bonne parole auprès de la gente masculine. Proche de la Tariqa Chadiliyya, elle s’est vue attribuée le titre  de« pôle », haute dignité dans la hiérarchie soufie. Dirigeant de ce fait des imams. Elle va jusqu’à prier à la mosquée Zitouna de Tunis en compagnie des hommes, ce qui constitue un « fait révolutionnaire dans l’histoire du monde musulman ».

Femme à la personnalité forte et très instruite, elle demeure célibataire et partage son savoir et son instruction religieuse avec les hommes. Lella Manoubia est crainte par ses homologues masculins. Ses détracteurs n’hésitent pas à l’accuser de tous les maux dont la débauche et le libertinage : ses accusateurs rapportent qu’elle se retire sur les hauteurs du Djebel Zaghouan, parfois en compagnie de son fidèle préféré, pour y méditer sur la passion de Dieu et « savourer les plaisirs de l’amour ».

Lorsqu’elle meurt en 1257, toute la ville de Tunis suit son cortège funèbre jusqu’au cimetière El Gorjani où son mausolée a été sauvegardé dans la verdure

Source: Wikipédia/Direct Info .

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top