Now Reading
Tunisie : quand des adultes parlent de l’école primaire , ça pique !

Tunisie : quand des adultes parlent de l’école primaire , ça pique !

 

Nouveau phénomène sur les réseaux sociaux,parler de l’éducation nationale en décrivant sa propre expérience pour dénoncer ses failles.  Des publications qui piquent, et sincères . C’est le YOUPOST d’aujourd’hui .

“Je m’appelle **** j’ai 30 balais et l’école publique que j’ai fréquenté n’a JAMAIS été performante !!! Alors, moi aussi je veux la paix dans le monde, le bonheur pour tous, et une pizza quatre fromages. Sinon, plutôt que de faire des vœux à la con, faites pression pour une répression sévère des instituteurs violents, et demandez des programmes scolaires moins abrutissants et plus adaptés à la réalité d’aujourd’hui. #bullshit

…………………………..

“Je suis  ****  et j’ai suis le fruit de l’éducation nationale. J’ai eu la chance d’aller à l’école . certainement parce que je suis de Sfax et que mes parents à leur tour sont allés à l’école et donc ont pu accéder à l’emploi. J’ai pas eu à quitter l’école parce qu’elle était loin ou parce que mes parents ne pouvaient pas se le permettre. À Sfax, le trajet pour aller à l’école n’excédait pas les 30 min à pied. À Sfax , il y avait pas moins de 2 bus qui desservaient le collège et le lycée et on avait même un bus spécial qui nous attendait à la sortie du lycée . à Sfax , l’école était une évidence presque malgré les classes surpeuplées et les défaillances pédagogiques .
Je rêve que d’abord,dans toutes les régions de Tunisie l’école ne soit pas un luxe mais une évidence”

…………………………..

“Je suis **** , j’ai 26 ans et j’emmerde, du plus haut de mon ego, l’école publique..ses professeurs aux accents exécrables, ses salles sans fenêtres ou il est plus facile d’attraper la syphilis que d’apprendre le théorème de pythagore, ses vils professeurs ratés qui exècrent tant bien que mal leurs complexes d’infériorité, qui prennent leurs disciples pour des rivaux. Ses directeurs imbus d’eux même qui n’ont compris au mot autorité que son sens le plus décadent…ses cours qui abritent, hélas, toutes les graines pourries qui enfanteront encore et encore des générations sur lesquelles pourra s’assoir pour mille années le grand, le si grandiloquent occident.”

…………………………..

“Je m’appelle Personne et j’étais dans l’école publique qui n’était pas le paradis . J’ai juste eu un fantastique maitre d’école à qui l’administration mettait les batons dans les roues et frustrait tous ses élans de modernité . J’ai eu aussi une superbe prof de français qui a réveillé en moi la passion du journalisme à l’âge de 15 ans. Pour le reste circulez y a rien à voir. Ce que nous sommes nous le devons d’abord à nous mêmes.”

 

 

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top