Now Reading
Tunisie: Quand les prostituées avaient des pseudos de stars .

Tunisie: Quand les prostituées avaient des pseudos de stars .

 L’histoire de la Fornication/Prostitution organisée et légalisée dans la société tunisienne dès le 18 ème siècle.Tunis, abrite au milieu de la Kasbah à quelques encablées des souks les plus réputés et à moins de 500 mètres à vol d’oiseau de la Grande Mosquée de la Zitouna, la rue chaude (Rue Abdallah Guech ou Rue Sidi Abdallah).

Madame De Pompadour

abd_gueche_8

On arrive à la rue Sidi Abdallah par la rue Zarkoun ou par la rue de la Verrerie (nah’j el Bellar – Rue où se trouvaient les commerçant de verres, lustres et tout articles de verre en gros et détail). La Rue Zarkoun haut lieu de la contrebande et des ventes d’importations illégales dans les années 70 – 80 (cigarettes, whisky, devises étrangères, vêtements de luxe, et contrefaçons, etc…), abrite aussi les antiquaires de Tunis et le conservatoire de Musique (un ancien palais classé monument historique depuis 1899). La rue Sidi Abdallah est une petite rue sinueuse et très étroite (à peine de quoi laisser passer 2 personnes) d’une centaine de mètre. Des deux cotés de la ruelle s’alignent, des centaines de petites pièces carrées, l’une après l’autre. Les clients la longent en choisissant les prostituées qui travaillent dans de petites pièces

La prostituée  était, presque toujours, assise à la porte de sa cellule dans une tenue très légère, l’hiver elle portait dessus une robe de chambre aux couleurs criardes. Elle était le plus souvent accompagnée d’un petit chien.Les plus célèbres portaient des noms d’artistes de cinéma de l’époque.
L’intérieur des petites chambres n’avait pas de traits personnels. Le nécessaire (ou l’obligatoire), se trouvait chez toutes. Il y avait un lit, et des ustensiles de toilette, comme, un évier une jarre d’eau et un broc. L’eau courante n’existait pas, dans la plupart des cas. Il y avait du savon et beaucoup de papiers de toilette, parce que la séance commençait et finissait toujours par une ablution obligatoire, pratiquée par la maitresse du lieu.

abd.gueche_4

 

Plutôt que d’interdire la prostitution et de risquer ainsi de voir se développer activités clandestines et les MST les autorités ont préféré mettre en place ce système très contrôlé qui est le seul système légalement autorisé.
Les clients la longent en choisissant les prostituées qui travaillent dans de petites pièces tout au long de la rue.
Les prostituées sont soumises à un contrôle médical très strict effectué hebdomadairement par des médecins de la santé publique .Dans les années 20,  on les voyait, portant leurs meilleurs habits, partir en fiacre pour passer la visite médicale hebdomadaire.

une carte d’identité d’une prostituée travaillant dans cette rue, on peut lire “fonctionnaire au ministère de l’intérieur.
Cette mesure permet, de les protéger d’éventuels problèmes comme le proxénétisme et vise en outre à leur simplifier certaines démarches comme la demande d’un document administratif. La rue est très surveillée par la police car elle est située dans un quartier populaire de la capitale. Elle procède régulièrement à des rafles sur les lieux vu qu’ils sont souvent fréquentés par des personnes recherchées ou éventuellement pour en exclure les mineurs. Les tarifs sont fixés par l’état, même si, suivant les habitudes des clients, un pourboire pouvait être laissé à la dame. Un jour de fermeture hebdomadaire était décrété. Si mes souvenirs sont corrects, il s’agissait du Lundi comme les Coiffeuses.
abd_gueche_15 abd_gueche_14
La clientèle était de tous bords et de toute religion, mais surtout fréquentée par les classes populaires. Arabes, Juifs, Maltais, italiens les fréquentaient et la Rue Sidi Abdallah. Les premiers émois et l’initiation sexuelle commençaient la bas, surtout dans la communauté Arabe et Juive. La pression sociale, morale et religieuse, étant si forte que les hommes faisaient leur éducation à la Rue Sidi Abdallah. Les filles de famille ne sortant pratiquement pas où alors accompagnées.
Les français ou colons, fréquentaient des lieux plus huppés (Maisons closes de Luxe diront nous) comme la “Grande Maison” (entre la rue El Djazira et le souk du Blatt) ou d’autres bordels plus chics (comme celui de l’avenue de Paris, ou jusqu’en 2000 se trouvait le siège d’ESSO)

D’ailleurs la “Hara” (guetto juif de Tunis) était contigu à Sidi Abdallah et les lycéens et autres mineurs, essayaient de passer furtivement par la Rue Abdallah Guech pour “mater”.

Depuis l’indépendance, et jusqu’à la fin des années 80, cette rue étaient fréquentés par les franges populaires des tunisiens: les jeunes (ne pouvant assouvir leur besoin d’amour autrement), les ouvriers venus à la capitale pour trouver du travail (et ayant laissés femmes et enfants à la campagne), etc…
Actuellement, et suite à la liberté “relative” de la sexualité et des mœurs cette rue est fréquentée toujours par les catégories inférieures de la population, mais également par les libyens , algériens, venant à Tunis pour tourisme ou commerce.

 
Source : Harrissa.com

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top