Now Reading
Une tunisienne résidente à Paris nous parle de sa vie après les attentats

Une tunisienne résidente à Paris nous parle de sa vie après les attentats

Pas besoin de revenir sur ce qui s’est passé le 13 novembre à Paris, je pense que tout le monde le sait. Suite aux événements, beaucoup de personnes se sont mobilisées à la télévision, radio et sur les réseaux sociaux pour montrer que ces actes ne reflètent pas la religion musulmane et que les valeurs que nous prêchons sont l’amour, l’entraide et la paix.

Myriam 25 ans résidente à paris répond à nos questions concernant sa vie post attentats.

Comment est votre vie parisienne depuis les attentats du 13 novembre 2015 ?

Depuis vendredi dernier, j’ai peur de sortir de chez moi. J’ai peur de prendre le métro (parce qu’il y a zéro sécurité) , j’ai peur de rester trop longtemps dans une gare ou un arrêt de métro assez connu et où il y a beaucoup de correspondance. J’évite les grandes surfaces et les centres commerciaux. Des alertes à la bombe sont déclarés régulièrement. A chaque fois, on apprend qu’un nouveau quartier « est ciblé » grâce à un groupe Facebook qui regroupe beaucoup de parisiens : Wanted. Nous vivons dans l’angoisse total et la paranoïa : on s’imagine le pire, les policiers et pompiers arrivent sur les lieux pour après nous annoncer que ce sont des pétards lancés pour un mariage, des canulars , des fausses alertes ect… Tant mieux, mais ça en devient fatiguant. Nous entendons des sirènes et des hélicoptères toute la journée. Dans les endroits potentiellement cibles, on peut croiser des policiers et des militaires armés jusqu’aux dents. C’est censé rassurer les gens, mais moi ça m’inquiète plus. Je sais que c’est probablement bête, et beaucoup de personnes vivant à Paris ont décidé de continuer de vivre et de sortir. Pour ma part, pour l’instant c’est pas possible de reprendre une vie normale, de reprendre le métro sans etre angoissé. Je préfère faire un chemin plus long, et prendre le bus. Quand j’apprends que F. Hollande a accentué les tirs contre la Syrie, ça ne me réconforte pas. Je me dis que c’est le début d’une longue série noire pour tous les pays du monde. Néanmoins, le manque de sécurité n’est pas à son maximum. Ce n’est pas normal que personne ne soit présents pour fouiller les sacs dans les arrêts de métro, qu’il n’y ait pas de détecteurs de métaux ou de sécurité dans les rams elles- mêmes. Ce n’est pas normal que quand vous allez dans des centres commerciaux, ou universités deux agents de sécurité vérifient de manière superficielle les sacs à dos et sac à main.

Cela vous rappelle t-il ce qui s’est passé en Tunisie en 2011?

La peur et la panique sont au rendez vous depuis une semaine. Ce qui a été marrant c’est que quand mes amis de Tunis m’ont contacté pour savoir si j’allais bien, on me disait à chaque fois « t’inquiètes pas ça va passer, on a vécu ça pendant la révolution ». Je veux juste leur dire qu’à Tunis, avec tous les problèmes tu te sens en sécurité. Tu sais que ta famille est à coté, que si tu as un problème tu as au moins 20 maisons dans lesquelles tu peux te réfugier et que tu ne peux pas rentrer chez toi : ta grand mère, ta tante, tes amis, tes cousins, les amis de tes cousins ect .. L’entraide et la solidarité sont au rendez vous. De plus, notre pays est un petit pays. Nos villes encore plus.

Ici, une crainte énorme t’envahit. Tu sais que beaucoup d’endroits peuvent être des cibles : les galeries Lafayette, les champs Elysées, les cinémas, la Défense …

Comment les tunisiens se sentent à Paris à l’heure actuelle ?

Un climat de méfiance envers les étrangers, les musulmans et les « arabes » s’est installé. Je préfère peser mes mots et ne pas employer le mot « racisme » ; pour ne pas tomber à mon tour dans la stigmatisation et les préjugés. Je vais vous donner un exemple très simple, j’étais avec une amie à moi dans le bus, quelques jours après les attentats et nous parlions en arabe. Deux, trois personnes se sont retournées, méfiantes et ont commencé à nous dévisager comme si nous étions des énergumènes. On a envie de crier haut et fort, de remettre ces gens là à leur place, mais au fond peut-on vraiment leur en vouloir ? Dès qu’il y a un problème en France, c’est très rarement un vietnamien ou un australien qui le cause … Donc, toi musulman d’origine Magrébine tu essayes de te rassurer en te disant que tu n’es pas comme eux, et qu’ils ne te représentent pas. Mais chose difficile à expliquer et montrer à certains français.

©F.G

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top