Now Reading
Vite il pleut: le Tunisien Vs le Londonien

Vite il pleut: le Tunisien Vs le Londonien

Parce que non , on n’est pas tous nés à Londres , on ne peut pas dire que le soleil ne soit pas un quotidien dans notre petit pays. Seulement, quand il pleut chez nous, les choses ne se font pas à moitié;  Flaques d’eau gigantesques, bouchons monstres (les Tunisiens ça circulent en quad d’habitude, aucun sens de la conduite en conditions météorologiques extrêmes ! ), Taxi quasi rare à choper ( ils rentrent tous comme des zombies on ne sait où, ils disparaissent d’un coup ! ), débordement des routes et des quartiers même les plus “chics” (Charles disait bien que la misère est moins pénible au soleil), et j’en passe !

Quand les princesses partagent des “November rain” en statut Facebook sous fond de musique vomis par Justin Bieber, le chocolat chaud prend tout son sens derrière l’écran. Pour le citoyen lambda, c’est trompette, retard et injures. Maudit soit cet hiver !

Quand il pleut, un londonien (au-delà du footing matinal) trouvera abris dans les marchés couverts comment le Covent Garden (shopping et tranquillité assurée). De l’autre côté, en Tunisie, on se réfugie sous “La tinda (oui oui !)” d’un épicier ou d’un kiosque à journaux en espérant que la chaussée ne se remplisse pas d’eau et qu’on puisse rentrer à temps pour le feuilleton qui passe à la télé.

Quand il fait froid, un londonien organise une virée à la patinoire couverte d’Alexandra Palace afin de faire des pirouettes qui vous feront oublier le ciel pluvieux. Le tunisien lui, pense déjà à s’acheter un Zodiac en guise de moyen de transport, à moins que sa voiture ne prenne l’eau sans rendre l’âme. Feintes, sauts et zigzag pour contrer des routes conçues en nids-de-poule. En voilà un sport d’hiver !

Admettons-le, pour certains humains (les londoniens par exemple), un temps pluvieux titille leurs envies de lecture. On s’abritant dans la British Library entouré de murs bandés de livres de tous genres, cet être humain profitera de l’atmosphère calme et studieuse de ce lieu mythique. En contrepartie, nos responsables désertent leurs postes et rentrent avant l’heure et pour cause: mauvaise condition météorologique (bein oui faut bien rentrer avant que ça ne soit trop tard !). Pas de chance, “Andi Mankolek” a encore augmenté son audimat.

Pragmatisme oblige, les tunisiens ont autant de chance que les londoniens, de se retrouver dans un bar, quand il fait mauvais( disons que pour les tunisiens, toutes les excuses sont bonnes!).

Alors qu’il vente ou qu’il neige, nos infrastructures nous dictent un cheminement bien précis auquel on est contraint de céder: Métro (s’il arrive à venir un jour), Boulot, dodo.

Bonne vie !

Photo de couverture: Hamideddine Bouali©

F.B.A

Facebook Comments


All Rights Reserved © 2020 Wepost Magazine. Made with Love By WEBIWEBI STUDIO.

Scroll To Top